Publicité

QUESTION D'ACTU

Neurosciences

Les mini-Avc augmenteraient les risques de démence

Un quart des AVC sont précédés par des mini-attaques cérébrales. Celles-ci provoqueraient des dommages neurologiques favorisant la démence. 

Les mini-Avc augmenteraient les risques de démence sudok1/epictura

  • Publié 16.01.2017 à 19h07
  • |
  • |
  • |
  • |


L’accident vasculaire cérébral (AVC) peut être à l’origine de troubles de la mémoire, et favoriserait l’apparition d’une démence. Environ 20 % des victimes d’AVC en souffriront, et près de 40 % seront touchés si l’attaque cérébrale récidive, ce qui en fait la 2ème cause de démence derrière la maladie d’Alzheimer.
A en croire une étude parue dans Journal of Cerebral Blood Flow and Metabolism, les « mini-AVC » auraient eux aussi un impact non négligeable sur la fonction cognitive.

Un quart des AVC sont précédés par des signes avant-coureurs appelés les accidents ischémiques transitoires (AIT). Surnommés « mini-AVC », ces attaques résultent elles aussi d’une obstruction d’un vaisseau du cerveau par un caillot sanguin. Cet arrêt brutal de la circulation sanguine provoque les mêmes symptômes qu’un AVC (difficultés à prononcer les mots, troubles de la vue, paralysie d’un membre ou d’un côté de la face) mais ils sont réversibles et ne durent pas plus d’une heure. Résultat : les victimes ne sont pas alertées et ne consultent pas de médecin.


Un impact 12 fois plus important

Ces minuscules lésions cérébrales de moins 3 millimètres seraient en mesure d’altérer les fonctions cérébrales et cognitives sur le long terme, expliquent les chercheurs de l’université de médecine de Caroline du Sud (Etats-Unis). Ils ont étudié des prélèvements de cerveaux réalisés post-mortem et des examens radiologiques effectués chez des participants vivants.

« Il est estimé que les AIT affectent moins de 2 % du volume cérébral. Mais cette estimation de tissus perdus est uniquement fondée sur les zones de tissus morts observées dans des prélèvements réalisés chez les patients décédés », souligne le Dr Andy Shih, auteur de l’étude. 
Or selon leurs analyses réalisées chez des souris, ces petits AVC impactent une région cérébrale 12 fois plus grande que la lésion, et l'activité cérébrale dans les régions touchées serait altérée pendant au moins deux semaines. L’autopsie des animaux a également mis en évidence des dégâts neurologiques toujours présents des semaines après l'évènement et une inflammation.

Ces résultats ont beaucoup étonné etinquiété les chercheurs. Ils soulignent, en effet, qu’un premier AIT est fréquemment suivi de répliques. « Au cours du temps, l’accumulation de ces microlésions peuvent provoquer suffisamment de dommages pour égaler l’impact d’une attaque cérébrale plus importante », prévient le Dr Shih qui espère que des médicaments actuellement disponibles peuvent atténuer ces effets des AIT.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité