Publicité

QUESTION D'ACTU

Glioblastome

Cancer du cerveau : une immunothérapie efficace

Eduquer les globules à se défendre contre les tumeurs : voilà l'approche testée chez un patient atteint d'une tumeur du cerveau métastasée. L'approche est efficace.

Cancer du cerveau : une immunothérapie efficace sudok1/epictura

  • Publié 31.12.2016 à 11h44
  • |
  • |
  • |
  • |


La lutte s’organise contre le cancer du cerveau. C’est une technique de pointe qui a été testée par une équipe de l’Institut de Recherche Beckman (Etats-Unis), l’immunothérapie. Les chercheurs ont modifié le système immunitaire d’un patient souffrant d’un glioblastome afin de lui apprendre à détruire les cellules tumorales. Une approche couronnée de succès, dont témoigne leur étude parue dans le New England Journal of Medicine.

Le glioblastome est la tumeur cérébrale la plus courante chez l’adulte, mais particulièrement difficile à traiter. Et pour cause : il évolue sur une période de 2 à 3 mois seulement. A ce titre, le patient sélectionné pour cet essai clinique de phase I correspond à la plupart des personnes traitées. Agé de 50 ans, il présentait un glioblastome de stade métastatique.

Eduquer les globules blancs

Pour le bien de ces travaux, le malade a bénéficié d’un traitement par CAR-T cells. La stratégie s’appuie sur les lymphocytes T du patient, modifiés en dehors de son organisme. Ces cellules n’ont pas été choisies au hasard. Ce sont elles qui sont chargées d’évacuer du corps les cellules étrangères ou anormales.


L’immunothérapie consiste à apprendre à l’organisme comment se défendre, contre les cellules cancéreuses par exemple. Dans ce cas précis, les scientifiques ont récupéré les lymphocytes T du patient, via une prise de sang spécifique. Ils ont ensuite reprogrammé ces globules blancs en laboratoire afin qu’ils produisent un récepteur artificiel – qualifié de chimérique – à leur surface.

« Ce récepteur est conçu de telle manière que sa partie extra-cellulaire reconnaisse un antigène tumoral, le plus spécifiquement possible afin d’éviter les effets néfastes sur d’autres organes du patient », explique l’association Saint-Louis sur son site web. Dans ce cas, l’antigène était nommé IL13Rα2.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Une régression soutenue

Cette modification effectuée, les cellules sont mises en culture puis réinjectées au patient. Lorsque l’approche est efficace, les CAR-T cells se développent dans l’organisme et détruisent progressivement les cellules tumorales. « En injectant des CAR-T cells modifiées directement sur le site de la tumeur, et les ventricules où le liquide céphalo-rachidien est produit, le traitement peut être délivré dans l’ensemble du cerveau, y compris la moelle épinière, où ce patient présentait une tumeur métastatique majeure », explique Benham Badie, qui signe cette étude.

7 mois et demi après le début du traitement, le patient réagit bien. Le cancer a régressé, et ce de manière soutenue. Mieux : toutes les lésions, même métastatiques, se sont améliorées. Un constat inédit, selon les auteurs. D’autant que le traitement préserve la fonction neurologique et minimise les effets toxiques d’autres approches, comme la radiothérapie ou la chimiothérapie.

Christine Brown, qui a participé aux recherches, y voit une source de réjouissance. « Le plus passionnant, avec cette étude, c’est qu’elle prouve que l’objectif d’un meilleur traitement peut être atteint », estime-t-elle. Ces résultats positifs ont clairement suscité l’enthousiasme de l’équipe : ses membres envisage une application élargie à d’autres profils de patients.

Les explications des chercheurs (en anglais) :

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité