Publicité

QUESTION D'ACTU

Bilan de l’Agence régionale de santé

Beaujolais : la vaccination contre la méningite toujours insuffisante

La campagne de vaccination lancée dans le Beaujolais n'a pas été un succès. Moins de 4 enfants sur 10 sont totalement protégés contre les méningocoques de souche B.

Beaujolais : la vaccination contre la méningite toujours insuffisante evgenyataman/epictura

  • Publié 26.10.2016 à 11h31
  • |
  • |
  • |
  • |


La vaccination est à la peine dans le Beaujolais. Moins de 40 % des jeunes enfants sont correctement vaccinés contre le méningocoque de souche B. C’est le bilan qu’a dressé l’Agence régionale de santé (ARS) des régions Auvergne et Rhône-Alpes. Elle a réalisé le bilan d’une campagne organisée en avril dernier, après la détection de plusieurs cas d’infections invasives à méningocoque. Les résultats ne sont « pas satisfaisants » selon l’aveu même de l’Agence.

12 villes du Beaujolais sont concernées par ce programme de vaccination gratuite (1), qui cible les enfants de 2 mois à 24 ans. En proposant un accès gratuit au Bexsero, l’ARS espère interrompre la circulation du méningocoque de souche B. En effet, il est rare en France et la population risque d’être mal immunisée. Mais le message n’est visiblement pas passé auprès des habitants de la région. Seules 3 741 doses ont été administrées entre avril et juin 2016.

Une étude psychosociale

Au total, 39 % des enfants du Beaujolais ont reçu les deux doses recommandées. La couverture vaccinale partielle est un peu meilleure, avec 47 % de participants. L’ARS fait tout de même part de son inquiétude : les populations les plus exposées sont également les moins protégées. Ainsi, 8 % seulement des jeunes adultes sont vaccinés contre le méningocoque B. C’est cette population qui est davantage touchée par les infections.


Malgré la faible participation, la stratégie a payé. Quatre cas de méningite avaient été signalés en mars dernier. Depuis, aucune infection n’a émergé, ce qui a permis de lever l’alerte. Cela n’empêche pas l’ARS de s’étonner. La mobilisation des professionnels de santé et de la petite enfance a été large, mais l’adhésion faible. Pour en comprendre les raisons, l’Agence lance une consultation publique psychosociale.

 


(1) Sont concernées par la campagne de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes : Blacé, Cercié, Charentay, Marchampt, Odenas, Le Perréon, Quincié-en-Beaujolais, Saint-Etienne-des-Oullières, Saint-Etienne-la-Varenne, Saint-Lager, Salles-Arbuissonnas-en-Beaujolais, Vaux-en-Beaujolais.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité