Publicité

QUESTION D'ACTU

Oxyde nitrique

Infections pulmonaires : l'excès d'alcool augmente les risques

La consommation régulière ou excessive d'alcool augmentent le risque d'infections respiratoires en diminuant la quantité de monoxyde d'azote. Une gaz qui joue un rôle anti-bactérien. 

Infections pulmonaires : l'excès d'alcool augmente les risques logoboom/epictura

  • Publié 06.08.2016 à 17h45
  • |
  • |
  • |
  • |


On repère souvent quelqu’un qui a bu à son haleine chargée. Mais outre l’odeur d’alcool, l’air expiré par les personnes qui boivent trop présente d'autres particularités, dont certaines ont une influence sur la capacité à combattre les infections pulmonaires. Une étude parue dans la revue Chest montre que l’air expiré par les gros consommateurs d’alcool contient moins d’oxyde nitrique, aussi appelé monoxyde d’azote, que chez les personnes abstinentes. Une différence qui augmenterait les risques de maladies pulmonaires.

Les chercheurs de l’université de Chicago ont mené plusieurs travaux pour étudier l’impact de l’alcool sur le système endocrine, gastro-intestinal, immunitaire et nerveux, et sur le squelette. Entre 2007 et 2012, ils ont analysé les habitudes de consommation d’alcool de 12 059 adultes de 21 à 79 ans. Ceux-ci ont été répartis en quatre catégories : non-buveurs, buveurs non-excessifs, anciens buveurs excessifs et buveurs excessifs actuels. Cette dernière catégorie rassemble les hommes qui boivent plus de deux verres d’alcool par jour, et les femmes qui en consomment au moins un quotidiennement, ainsi que les adultes qui s’adonnent au binge-drinking au moins une fois par mois (consommation rapide et excessive d’alcool dans le but de ressentir les effets de l’ivresse).


Affaiblie la barrière contre les bactéries

Puis les scientifiques ont mesuré le taux de monoxyde d’azote dans l’air expiré grâce à la méthode non-invasive FeNO (excrétion fractionnelle d’oxyde nitrique expiré). Le monoxyde d'azote aide à protéger contre certaines bactéries nocives. Dans les poumons, il joue notamment le rôle de vasodilatateur des bronches, et peut stimuler le battement des cils bronchiques. Ces cils tapissent le système respiratoire et permettent d’évacuer le mucus hors des bronches pour en nettoyer les parois.

Le groupe qui consomme de l’alcool de manière excessive (26,9 % des participants), est aussi celui qui a le taux médian le plus bas d’oxyde nitrique. Il est en effet de 11,32 parties par milliard (ppm), contre 14,6 ppm chez les gens qui ne boivent pas. Le taux d’oxyde nitrique diminue d’autant que la consommation d’alcool augmente.

 

Asthme et alcool, un cocktail à éviter

Afin d’éliminer les biais, les chercheurs ont également pris en compte les données démographiques, la présence d’asthme chez les participants, leur consommation éventuelle de tabac, ainsi que leur régime alimentaire. Des aliments comme les légumes verts, les radis ou la viande de porc peuvent en effet être source de monoxyde d’azote et fausser les résultats. « L'alcool semble perturber l'équilibre dans le poumon », explique l’auteur principal Majid Afshar.

Concernant l’asthme, le niveau d’oxyde nitrique est une bonne indication de la réussite ou non des traitements mis en place pour soigner cette pathologie. Une consommation excessive d’alcool pourrait donc interférer avec ces examens médicaux. Les auteurs de l’étude suggèrent donc aux professionnels de santé de prendre en compte la consommation d’alcool de leurs patients afin d’interpréter les données au mieux et d’adapter les traitements.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité