Publicité

QUESTION D'ACTU

Hospitalisation, décès...

Noyades : les urgentistes de Marseille tirent la sonnette d’alarme

Après la noyade de 16 enfants, les urgentistes de l’AP-HM rappellent les règles simples pour éviter ces accidents qui chaque année coûtent la vie à 500 Français.

Noyades : les urgentistes de Marseille tirent la sonnette d’alarme yanlev/epictura

  • Publié 02.08.2016 à 13h01
  • |
  • |
  • |
  • |


Les pédiatres urgentistes de l’assistance publique hôpitaux de Marseille (AP-HM) tirent la sonnette d’alarme : la plupart des victimes de noyades pourraient être évitées. Depuis début juin, les urgences pédiatriques de la Timone ont admis 16 enfants pour cause de noyade, dont trois sont décédés. « La noyade n’est pas un événement anodin, explique le docteur Aurélie Boutin, pédiatre. L’irruption d’eau dans les poumons entraîne une privation d’oxygène, en particulier au niveau du cerveau et du cœur, qui peut provoquer rapidement l’arrêt cardiaque et le décès si le patient n’est pas secouru à temps ». Les enfants qui s’en sortent peuvent également conserver des séquelles neurologiques. A la Timone, un quart des petites victimes ont été prises en charge en réanimation, les autres ont dû être hospitalisées.

 

Mieux vaut prévenir que guérir

Les noyades sont les accidents de la vie courante qui provoquent le plus de décès chez les moins de quinze ans, avant les suffocations, les accidents par le feu et les chutes. 15 % des décès par noyade accidentelle concernent d’ailleurs les moins de six ans. En cause le plus souvent : un défaut de surveillance.
Pour l’AP-HM, ces noyades pourraient être évitées la plupart du temps. Le Dr Violaine Bresson, pédiatre aux urgences, rappelle que « les plages de Marseille accueillent chaque jour plusieurs milliers de baigneurs, et les maîtres-nageurs ne peuvent pas surveiller 200 enfants en même temps ». La première surveillance doit donc rester celle des parents. Un adulte doit être désigné comme responsable des enfants et ne pas les lâcher du regard. « En 30 secondes, tout peut basculer : le temps de répondre au téléphone, d’aller aux toilettes ou d’acheter une boisson », souligne le Dr Sophie Pailhous.

De plus, un enfant qui ne sait pas nager doit porter des brassards, même sous la surveillance d’un adulte. Méfiance toutefois vis-a-vis des bouées ou jouets flottants qui peuvent facilement se retourner et empêcher l’enfant de revenir à la surface. Ces objets davantage dédiés au jeu participent à un faux sentiment de sécurité.

A Marseille, trois quarts des enfants ne maîtrisent pas la nage, alors que la moyenne nationale est d’un enfant sur deux. De plus, 89 % des accidents se produisent en bord de mer, d’après une étude épidémiologique réalisée entre 2000 et 2011 ; la prévention est donc particulièrement importante dans cette ville côtière.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité