Publicité

QUESTION D'ACTU

Dans les transport en commun

Harcèlement sexuel : 9 femmes sur 10 y sont confrontées

La quasi-totalité des femmes qui empruntent les transports régulièrement sont ou ont été victimes de harcèlement sexuel, selon les derniers chiffres éloquents d'un sondage.   

Harcèlement sexuel : 9 femmes sur 10 y sont confrontées  Kasto/Epictura

  • Publié 15.06.2016 à 12h54
  • |
  • |
  • |
  • |


Sifflements, injures, exhibition ou encore drague à outrance… Voilà ce à quoi sont confrontées neuf Françaises sur dix dans les transports en commun, devenu le macabre théâtre d’un sexisme ordinaire. L’année dernière, le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) relevait que 100 % des femmes avaient été au moins une fois victimes de harcèlement sexuel dans les transports. En réitérant l’enquête, la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports (FNAUT) rapporte ce mercredi que 87 % des femmes y ont été confrontées.  Un problème de société majeure qui perdure, malgré les campagnes de prévention. Les agressions sexuelles, injures et menaces constituent les comportements les plus subis par celles qui empruntent régulièrement les transports. Et quand elle en sont victimes, elles ne sont pas défendues. La FNAUT révèle l’absence de réaction des témoins - seul 5 % d’entre eux interviennent lors d’une agression - un comportement qui « aggrave le phénomène et le ressenti des victimes », rappelle la fédération. Tous ces actes constituent des infractions, voire des délits ou des crimes pénalement répréhensibles. Pourtant, comme le souligne la FNAUT, « le pourcentage de répondantes victimes de harcèlement ayant portées plainte est insignifiant ». Pour obtenir ces chiffres, 6200 femmes ont répondu à un questionnaire diffusé par la FNAUT. 

 

Près de la moitié des femmes adaptent leur tenue vestimentaire 

Face aux menaces liées au harcèlement sexuel, 48 % des femmes interrogées adaptent leur tenue vestimentaire avant de s’engouffrer dans les tunnels du métro. La moitié d’entre elles n’empruntent pas les transports à partir d'une certaine heure. Mais la FNAUT souligne « qu’il n’y a pas de moment précis pour être harcelée, ce problème existe à toute heure ». Enfin, 34 % des sondées optent pour d’autres moyens plus sécurisant pour se déplacer : vélo, taxi, ou encore VTC. 

 

 

Source : FNAUT 

 

Se réapproprier l’espace public

Face à cela la FNAUT préconisent plusieurs actions. De l’éducation à la formation des personnels des entreprises de transport, la « réappropriation de l’espace public par les femmes doit être favorisée afin de mieux adapter les transports à leurs besoins ». Cette réappropriation passe par une collaboration entre les services publics et les associations d’usagers. De plus, la simplification des plaintes « doit être mise en oeuvre ». Car si les femmes ne portent pas plainte, c’est que la complexité de la procédure les freinent. Des conseils pour réagir face à une situation de harcèlement permettrait également aux témoins de connaître la conduite à tenir. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité