Publicité

QUESTION D'ACTU

Chez la souris

Zika : le virus se concentre dans le placenta

Grâce à deux modèles de souris gestantes, des chercheurs ont montré que le virus Zika est capable de traverser le placenta, et de détruire les neurones des fœtus. 

Zika : le virus se concentre dans le placenta digicomphoto/epictura

  • Publié 13.05.2016 à 12h02
  • |
  • |
  • |
  • |


Le virus Zika est capable de traverser la barrière placentaire et de causer des malformations congénitales ou la mort du fœtus, affirme une étude américaine publié ce jeudi dans la revue scientifique Cell.

Ces travaux réalisés par une équipe de l’université de Washington (St Louis, Etats-Unis) ont été menés sur deux modèles de souris femelles en gestation. Ces derniers ont été réalisés pour étudier l’infection et identifier des traitements capables de prévenir l’apparition des anomalies congénitales.

Le premier modèle est une souris génétiquement modifiée afin qu’elle soit immunodéprimée (système immunitaire affaibli), et donc vulnérable à Zika. Une semaine après l’exposition au virus, la plupart des fœtus étaient morts. Les survivants présentaient quant à eux des sévères retards de croissance. Les prélèvements réalisés révèlent que Zika est 1 000 fois plus présent dans le placenta que dans le sang des mères, ce qui suggère que le virus se réplique préférentiellement dans le placenta.

En outre, les placentas des souris présentaient des anomalies : ils étaient rétrécis, avec peu de vaisseaux sanguins, ce qui réduit l'apport d’oxygène et de nutriments aux fœtus. Cette insuffisance placentaire explique, en partie, les retards de croissance, et dans certains cas la mort.


Destruction des neurones

Le deuxième modèle animal est non génétiquement modifié. Pour rendre les femelles gestantes vulnérable au Zika, les chercheurs leur ont injecté un anticorps bloquant la réponse immunitaire contre le virus, puis les ont infectées deux jours plus tard. Cette fois, les fœtus ne sont pas morts pas mais leur croissance a été altérée. L’autopsie des souris a  révélé la présence du virus dans l’organisme des fœtus jusqu’au 16ème jour de développement, une date clé du développement cérébral pour les souris.

Les auteurs soulignent que la microcéphalie n’a pas été observée dans ces deux modèles. Ils supposent qu’une différence entre le cerveau des humains et des souris peut expliquer cela. « Contrairement aux humains, le neurodéveloppement de la souris se joue après la naissance, en particulier celui du cortex cérébral, la région la plus sévèrement touchée dans la microcéphalie », explique Michael Diamond, professeur de médecine, microbiologie et immunologie à l’université de Washington.

Reste que le virus a été retrouvé dans le cerveau des fœtus des 2 modèles. Les analyses ont mis en évidence une importante mort neuronale maismais aucune anomalie de structure n’a été observée. « Ceci est la première démonstration d’une transmission in utero de Zika chez l’animal, et elle met en évidence les mêmes conséquences que celles observées chez les femmes et les enfants », relève le Pr Michael Diamond. Ces modèles pourraient servir aux essais de vaccins afin de déterminer si vacciner les mères peut protéger les fœtus. Il est aussi possible de tester des médicaments pour savoir s’ils peuvent bloquer la transmission au fœtus ou prévenir les dégâts cérébraux ».

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité