Publicité

QUESTION D'ACTU

Equilibre alimentaire

Logos nutritionnels : comment font nos voisins

Logos nutritionnels : comment font nos voisins Dennis Wong/Flickr

  • Publié 02.04.2016 à 07h00
  • |
  • |
  • |
  • |


ENQUÊTE - Le gouvernement français étudie le passage à un étiquetage alimentaire simplifié, à l’aide d’un logo. Plusieurs pays européens ont déjà mis en place cette mesure, qu’il s’agisse de feux tricolores ou de logo validant la qualité d’un produit.

Au sein des frontières de l’Europe, un emballage alimentaire sur quatre affiche une allégation de santé. Enrichi en oméga-3, bénéfique pour la digestion, contre le cholestérol… Qu’elles portent sur la nutrition, le contenu nutritionnel ou la santé elle-même, elles sont rarement véhiculées par des symboles. Cette approche est possible depuis 2014, grâce au règlement européen Inco (Information du consommateur), qui vise à simplifier l’étiquetage nutritionnel. Si la France traîne des pieds pour passer au logo coloriel, plusieurs pays ont déjà franchi le pas. Focus sur trois exemples phare en Europe.

Trois couleurs en Grande-Bretagne

Le modèle le plus proche de la méthode française reste celui adopté par le Royaume-Uni en 2006, validé par le gouvernement en juin 2013 : les feux tricolores. Ce système consiste à accoler une couleur, du vert au rouge, à chaque catégorie de nutriments (calories, matières grasses, acides gras saturés, sel, sucre). L’industrie agro-alimentaire ne s’y voit pas forcée, mais 60 % des aliments vendus sur le territoire afficheraient aujourd’hui les traffic lights.

« Même Coca-Cola, longtemps opposé au système, l’a adopté en septembre 2015 », souligne le Pr Serge Hercberg qui y voit un signe d’espoir. A ses yeux, l’émulation britannique pourrait aussi bien se reproduire en France. « Peut-être que ce qui les effraie, c’est que pour la première fois, un outil caractérise la qualité nutritionnelle des aliments », estime-t-il.

Les feux tricolores britanniques (Source : Ijclark/Flickr)

Une coche aux Pays-Bas

Les autres modèles sont plus éloignés de ce que souhaite la France. Aux Pays-Bas, le gouvernement a choisi de soutenir la coche. L’algorithme tient compte des acides gras saturés, des graisses trans, des sucres ajoutés, du sel et des fibres pour chaque produit. Puis il compare le résultat aux équivalents de la même gamme. Une coche verte signale le choix le plus sain parmi les produits de base. Une coche bleue effectue la même chose dans la catégorie snack, soupes préparées, condiments…

Les logos néerlandais Choices


De leur côté, les pays scandinaves se sont associés autour d’un logo analogue : le « Nordic Keyhole » (serrure nordique). En place en Suède depuis 1989, il s’est depuis étendu au Danemark, l’Islande et la Norvège. Le principe est sensiblement le même qu’aux Pays-Bas, sauf qu’au lieu d’afficher une coche, une serrure verte est imprimée sur les emballages qui ont reçu le précieux sésame. La mesure est un succès : 98 % de la population connaît ce système.

 

Le Nordic Keyhole (Johannes Jansson/norden.org)

 

Lire la suite de notre enquête : 

Aliments : la naissance dans la douleur du code 5 couleurs

Les parades de l'agro-alimentaire contre le code 5 couleurs

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité