Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude sur 300 000 jeunes Japonais

Fukushima : les cancers de la thyroïde en augmentation chez les jeunes

Selon une étude, 103 cas de cancers de la thyroïde se sont déclarés chez des mineurs après la catastrophe de Fukushima (Japon). La responsabilité des rayonnements reste à prouver.

Fukushima : les cancers de la thyroïde en augmentation chez les jeunes tupungato/pix5

  • Publié 11.03.2016 à 18h47
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ensemble des Japonais s'est recueilli ce vendredi après-midi, cinq ans jour pour jour après le séisme historique qui a déclenché un tsunami et la pire catastrophe nucléaire de ces trente dernières années sur le site de Fukushima-Daiichi (Honshu). Une minute de silence a été observée à 14h46, heure exacte du début des secousses ressenties sur l'archipel en 2011. 

Encore aujourd'hui, les Japonais sont un peuple traumatisé et beaucoup de victimes continuent de souffrir. Et le pire est peut-être à venir car les conséquences de ce drame sont aujourd'hui difficilement mesurables. Les premières retombées de la catastrophe sur la santé commencent tout juste à être perceptibles. Notamment chez les plus jeunes.

103 cas de cancer chez des mineurs

Dans cette population, un nombre anormal d’enfants et adolescents développent en effet des cancers de la thyroïde, selon une étude révélée en août 2015 réalisée auprès de 300 000 jeunes Japonais de la préfecture de Fukushima. 
Publiée dans la revue Epidemiology
, elle indique que 103 cas de cancer de la thyroïde ont été signalés chez des enfants et adolescents de moins de 18 ans qui ont résidé dans la préfecture de Fukushima entre 2011 et 2014. C'est 25 de plus que l’année dernière. « On peut difficilement établir un lien de cause à effet, mais il faut néanmoins continuer les examens, car la proportion de découvertes de tumeurs augmente avec l’âge », a précisé le Pr Shunichi Suzuki lorsqu’il a présenté les résultats.

 

Pas de distribution d'iode 

Les chiffres n’en sont pas moins alarmants. Avec ce dernier rapport, l’équipe de l’université de médecine de la préfecture de Fukushima estime que plus de 30 enfants sur 100 000 sont atteints d’un cancer de la thyroïde. A titre de comparaison, la préfecture de Miyagi, plus au Nord, n’en dénombre qu’1,7 pour 100 000 mineurs. Les enfants de Fukushima seraient ainsi 20 à 50 fois plus touchés par le cancer de la thyroïde que les autres. Des conclusions critiquées par certains experts internationaux qui indiquent que l'on ne dispose pas d'assez de recul pour avancer de tels chiffres.  

Quoi qu'il en soit, on sait que d’ordinaire, de l’iode stable est donnée aux personnes à risque afin d’éviter un cancer, mais cela n’a pas été pratiqué après l’incident du site nucléaire de Fukushima-Daiichi.

Pour rappel, le gouvernement japonais a reconnu pour la première fois fin octobre 2015 que la leucémie d'un travailleur de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima était due aux radiations. Mais selon un rapport de deux ONG de médecins publié jeudi, l'accident de la centrale pourrait provoquer 10.000 cancers de plus dans la population japonaise

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité