Publicité

QUESTION D'ACTU

Dépressions, anxiété, suicides...

Fukushima : bilan désastreux 3 ans après la catastrophe

1 656, c'est le nombre de personnes décédées depuis 3 ans dans la région de Fukushima, victimes de dépression et de complications de santé. C’est plus que le nombre de tués lors de la catastrophe.

Fukushima : bilan désastreux 3 ans après la catastrophe Ken Satomi/AP/SIPA

  • Publié 22.02.2014 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Le 11 mars 2011, à 14h46, un séisme surpuissant, de magnitude 9, secouait les fonds de l'océan Pacifique. Moins d'une heure plus tard, une vague gigantesque dépassant 20 mètres de haut par endroit s'abattait sur le littoral de la côte nord-est du Japon, détruisant tout sur son passage. Pire encore, sous le choc des vagues, les systèmes de refroidissement de la centrale nucléaire de Fukushima tombaient en panne, entraînant un accident majeur sans précédent depuis celui de Tchernobyl 25 ans plus tôt. Notamment à cause des fuites d'eau radioactives. Le bilan officiel de ce raz-de-marée atteint aujourd'hui 15 880 morts et 2 694 disparus sur l'ensemble du pays Mais qu'en est-il de l'après Fukushima et de ses rescapés ?

Augmentation du taux de suicide dans la région
Selon les autorités de la préfecture de Fukushima, 1 656 personnes sont décédées depuis trois ans dans cette province japonaise, victimes de stress et de complications de santé. C'est plus que la catastrophe proprement dite qui avait fait 1 607 victimes dans cette zone là du Japon. « Le plus gros problème est que des gens vivent depuis trop longtemps dans des habitats provisoires », explique dans des propos rapportés par Le Parisien Hiroyuki Harada, un officiel de la province en charge de l'assistance aux victimes. 
« Pour ces personnes, ce nouvel habitat est un changement dramatique de leur environnement. Et ceux qui, normalement, n'auraient pas dû mourir, décèdent malgré tout », ajoute-t-il. En effet, ces personnes se trouvent fatalement dans une situation d’attente de relogement qui s’éternise. Résultat, bien souvent elles finissent par souffrir de problèmes psychiques tels que  des dépressions, des troubles affectifs, ou de l'anxiété, rapportent les autorités locales.
Et comme ces rescapés perdent au fil du temps le goût de vivre, fatalement, les chiffres officiels font apparaître de nombreux suicides liés à la catastrophe, même des années après. Pour exemple, le suicide chez les personnes âgées est notamment en forte hausse dans la région de Fukushima, d'après la préfeture. Et ces chiffres ne risquent pas de s'améliorer selon les experts en santé sur place.

25 % des enfants du tsunami sont traumatisés
Surtout que selon des chercheurs japonais de l'Université du Tōhoku (Sendai), un quart des enfants de 3-5 ans ayant vécu le tsunami souffrent de troubles comportementaux. La liste de ces symptômes est longue. Elle va d'accès de violence, d'une forme de claustration, à d'autres symptômes divers tels que des vertiges, des nausées ou des maux de tête. Par comparaison, cette proportion d'enfants à la santé mentale fragile est près de trois fois supérieure à celle constatée dans d'autres régions japonaises non affectées par la catastrophe.
« Ces enfants, s'ils ne reçoivent pas des soins appropriés dès à présent, pourraient rencontrer des problèmes bien pires ultérieurement dans leur développement et leurs facultés d'apprentissage », avertissent les auteurs du rapport. Pour cette raison, « un soutien psychologique intensif doit être apporté immédiatement aux enfants qui ont subi ce genre de traumatisme », insiste le chercheur Takeo Fujiwara, l'un des principaux auteurs de l'étude. 
Toutefois, cette mission ne sera pas des plus faciles, avertissent déjà les scientifiques, car les régions sinistrées par le tsunami manquent cruellement de spécialistes de la petite enfance, y compris dans la principale ville concernée, Sendai, où vivent plus d'un million de personnes.



Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité