Publicité

QUESTION D'ACTU

Diabète, maladies cardiovasculaires

Puberté précoce : des risques cardio-métaboliques à ne pas négliger

Les enfants, en particulier les filles, qui développent une puberté précoce ont plus de risques de souffrir de diabète et de maladies cardiovasculaires. 

Puberté précoce : des risques cardio-métaboliques à ne pas négliger SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 28.01.2016 à 06h55
  • |
  • |
  • |
  • |


Visage enfantin mais un corps de femme. De plus en plus de fillettes, et dans une moindre mesure les garçons, atteignent la puberté prématurément. Côté féminin, on parle de puberté précoce lorsque la poitrine et les poils pubien apparaissent avant l’âge de 8 ans. Côté masculin, c’est un développement des testicules avant l’âge de 9 ans qui la signale. Une métamorphose hâtive qui bouleverse aussi bien les enfants que les parents.

« Ce qui les déroute, c’est d’avoir en face d’eux une petite fille de 8 ans, mesurant 1m30 et qui a une poitrine de jeune fille de 16 ans », explique à Pourquoidocteur le Dr Claire Jeandel, pédiatre-endocrinologue au CHU de Montpellier.

La principale cause de la puberté précoce est la mise en route prématurée de la glande hypophysaire, une structure cérébrale. « Elle est dans la plupart des cas idiopathique (sans cause connue, ndlr) et est beaucoup plus répandue chez les filles que les garçons ». Chez ces derniers, les causes tumorales sont plus répandues. « On sait, en outre, que la puberté précoce est plus fréquente chez les enfants nés avec un petit poids, prématurés ou non. »

L’environnement semble influencer ce trouble hormonal

Certains spécialistes estiment que les perturbateurs endocriniens comme les pesticides ou encore le bisphénol A seraient à l’origine de la puberté précoce. A l’heure actuelle, peu de travaux étayent cette hypothèse. En revanche, des études ont montré que « les enfants adoptés à l’étranger ont plus de risques de développer une puberté précoce », relève la pédiatre-endocrinologue. Celles-ci suggèrent alors que l’alimentation, le rythme de vie ou l’origine ethnique et géographique peuvent jouer un rôle. 

  

Risque de diabète et de maladies cardiaques

Chez ces petites filles, l’apparition précoce des premiers signes pubertaires s’accompagne d’une avance de l’âge des règles aux alentours de 11 ans. Leur survenue marque une transition hormonale, et l’un de ces changements pourrait accroître le risque de diabète gestationnel, révèle une étude menée auprès de 27 000 femmes et publiée ce mardi dans Diabetes Care. Plus précisément, ces travaux montrent que les femmes qui ont leurs premières menstruations à 11 ans ont 39 % plus de risque de développer un diabète au cours de leur grossesse que celles qui les ont eu à 14 ans.

Par ailleurs, de nombreuses études ont mis en évidence un lien entre la puberté précoce et le diabète de type 2, l’obésité et des pathologies cardiovasculaires à l’âge adulte. En juin dernier dans un article paru dans Scientific Report, des chercheurs ont confirmé qu’un âge précoce des règles et une mue de la voix prématurée chez le garçon sont associés à un plus haut risque d’angine de poitrine, d’hypertension artérielle et de diabète de type 2.

Des conséquences psychologiques

Néanmoins, la survenue d’une puberté précoce a pour principale conséquence une petite taille à l’âge adulte. En effet, les femmes ayant eu une puberté avancée mesurent en moyenne 1m50 contre 1m65 dans la population générale. Aussi pour optimiser la croissance de ces enfants, les pédiatres peuvent prescrire un traitement bloquant la puberté : les analogues du GnRH (une hormone).
Selon l’Institut de veille sanitaire – qui a mis en place un système de surveillance pour évaluer l’incidence de ce trouble-, plus de 1 100 petits Français reçoivent ce traitement chaque année, dont une centaine de garçons. Cependant, le nombre d’enfants touchés par une puberté précoce est très certainement sous-estimé. « Un tiers des parents viennent en consultation uniquement pour être rassurés et savoir qu’il n’y a rien de grave. Une grande majorité refuse même les traitements », indique le Dr Jeandel.

Toutefois, le suivi de ces enfants ne s’arrête pas là. Il prend en compte les aspects physiologiques mais également psychologiques et sociaux. Car à un âge où on ne veut pas être remarqué, ce corps qui change trop vite peut être source de souffrance. Les petites filles doivent apprendre à vivre avec cette féminité trop précoce, et tout ce qu’elle comporte. « Elle entraîne forcément une fertilité précoce et augmente le risque de grossesse inattendue.  Chez les mères adolescentes, on retrouve souvent des jeunes filles touchées par ce trouble », glisse la pédiatre.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité