Publicité

QUESTION D'ACTU

Consulter un spécialiste

Les pédiatres alertent les parents sur les pubertés précoces

Alors que les pubertés précoces sont plus fréquentes, deux associations de pédiatres militent pour une meilleure information des familles, et des soignants.

Les pédiatres alertent les parents sur les pubertés précoces GILE MICHEL/SIPA

  • Publié 23.10.2014 à 16h52
  • |
  • |
  • |
  • |


Comment agir quand son enfant souffre de puberté précoce ? C’est parce que les parents – et parfois les personnels soignants – sont souvent démunis face à ce trouble de plus en plus fréquent que les pédiatres de l’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (AFPA) et l’Association Française des Pédiatres Endocrinologues Libéraux (AFPEL) se sont rapprochées afin d’élaborer des documents pédagogiques.

Avant 8 ans chez les filles, avant 9 ans chez les garçons

Dans un communiqué mis en ligne sur le site de l’AFPA, les associations rappellent que « la puberté est un enchaînement complexe de phénomènes physiques et psychiques qui conduisent à la transformation d'une petite fille en jeune femme et d'un petit garçon en jeune homme. »
Le premier signe de puberté chez la fille est le développement des seins qui se situe entre 9 et 12 ans. Chez le garçon, c’est l’augmentation du volume des testicules, qui survient entre 11 et 13 ans, qui signifie son entrée dans la puberté. Il faut préciser que toutes les pubertés ne débutent pas nécessairement en même temps et elles varient légèrement d’un enfant à l’autre.

Seulement, la puberté peut être précoce, quand les seins se développent avant huit ans ou l’augmentation du volume testiculaire intervient avant neuf ans chez le garçon. « Ces signes pubertaires s’accompagnent d’une maturation des organes génitaux et d’une poussée de croissance », expliquent les associations de pédiatres.

Le traitement bloque l'activité de l'hypophyse

La meilleure réaction pour les parents dont l’enfant présente des signes de puberté à un âge inhabituel est de solliciter l’avis de leur pédiatre. Celui-ci va « regarder la courbe de croissance notée dans le carnet de santé, faire pratiquer une radiographie de la main et du poignet gauches pour déterminer un âge osseux et, chez la fille, une échographie pelvienne pour mesurer l’utérus et les ovaires », indique le communiqué de l’AFPA et de l’AFPEL.
Il existe un traitement qui agit directement sur la commande centrale de la puberté (l'hypophyse) en bloquant son activité, ce qui interrompra l’évolution des signes pubertaires. Il permet à l’enfant d’évoluer psychologiquement comme les autres enfants de son âge et de poursuivre sa croissance en taille plus longtemps. Un accompagnement psychologique est parfois nécessaire pour surmonter ces bouleversements physiques et psychiques précoces.

Obésité et perturbateurs endocriniens

Le surpoids et les perturbateurs endocriniens environnementaux (PEE) sont les causes princiaples de la puberté précoce. De nombreuses études ont relevé une association entre les précocités pubertaires chez les filles et l'exposition à certains phtalates (produits chimiques utilisés dans l'industrie) et certains pesticides. Ils sont également incriminés dans l'augmentation des malformations génitales du garçon (micropénis, cryptorchidie, hypospadias), de l'infertilité masculine, de l'obésité, des cancers du sein et du testicule.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité