Publicité

QUESTION D'ACTU

Eternuement, piscine, moustiques….

Polémique en Indonésie : comment se transmet le Sida

En Indonésie, l'erreur d'un imprimeur a transformé une campagne contre le VIH en concentré de fausses informations. Piqûres, piscine, éternuement, tout y est passé. 

Polémique en Indonésie : comment se transmet le Sida

  • Publié 19.11.2015 à 16h29
  • |
  • |
  • |
  • |


C'est une bourde qui a fait le tour du monde ! En Indonésie, une campagne de lutte contre le sida a, par erreur, relayé des croyances absurdes sur les modes de transmission du VIH. Un tollé dans un pays où les personnes séropositives sont souvent stigmatisées.
Dans cette campagne publique qui devait se faire via des affiches collées dans les trains de banlieue reliant la capitale Jakarta, il était écrit que le Sida peut se transmettre par des piqûres de moustique, la natation ou même en éternuant !

Dans cette histoire, tout part de l'imprimeur qui avait oublié la négation « ne pas ». Pire encore, ce dernier a omis de solliciter le feu vert des autorités avant de lancer l'impression d'une grande quantité d'affiches. « Nous avons présenté des excuses publiques, et maintenant, les affiches sont retirées pour être remplacées par des nouvelles avec le bon message », a déclaré un responsable du ministère de la Santé, Muhammad Subuh, à l'Agence France Presse (AFP). 
En France, de plus en plus de jeunes sollicitent Sida Info Service sur Internet. Mais le service d'écoute a alerté récemment sur le manque flagrant de connaissances des ados sur les pratiques sexuelles à risque. 

Dans son observatoire sur 10 ans (2004-2014), il cite les exemples de femmes demandant si «  la fellation comporte un gros risque ? ». En vérité, le VIH peut se transmettre de trois façons différentes.

Contamination par voie sexuelle

Premièrement, le sida peut se transmettre lors de rapports sexuels non protégés : pénétration vaginale, pénétration anale et contacts buccaux-génitaux (fellation) sans préservatif. Le virus pénètre alors par les muqueuses qui tapissent les parois internes de la bouche, du vagin et du rectum. La transmission du VIH peut se produire lors d’un seul rapport sexuel non protégé avec une personne infectée par le VIH.

Le risque de contamination par voie sexuelle est aggravé :
- lorsque les muqueuses comportent des lésions ;
- au cours du premier rapport sexuel ;
- lors des règles de la femme ;
- si l’un des partenaires est porteur d’une infection sexuellement transmissible (IST) ;
- si le rapport s’accompagne de violence, ce qui peut provoquer des lésions des muqueuses, même si elles sont invisibles.

A contrario, la transmission du VIH en cas de contact non protégé de la bouche avec le sexe féminin (cunnilingus) ou avec l’anus (anulingus) reste faible. Toutefois, d’autres infections sexuellement transmissibles (IST) peuvent être transmises par ces pratiques.

Contamination par voie sanguine

Par ailleurs, le VIH peut se transmettre en cas de partage, avec une ou plusieurs personnes, d’aiguilles, de seringues ou d’autres instruments utilisés pour une injection de drogue par voie intraveineuse. Ce risque s’ajoute aux autres dangers pour la santé liés à l’usage de drogue par voie intraveineuse (exemples : hépatites B et C).

Ce type de contamination est aussi possible en cas de blessure avec un objet souillé de sang frais contaminé : les piqûres accidentelles, notamment chez les agents de santé.

Le point sur la transfusion sanguine
Depuis l'affaire du sang contaminé, le risque de transmission du VIH par transfusion sanguine est pratiquement nul. Dès 1985, un entretien médical préalable a été mis en place avec chaque personne qui se présente pour un don de sang. Il permet de ne pas retenir les personnes qui ont pu se trouver dans des situations à risque.
De plus, des tests sont systématiquement pratiqués sur tous les dons de sang. Des tests sont également obligatoires dans le cas de dons d’organes, de sperme et de lait. La transfusion sanguine et les soins impliquant l’injection de produits sanguins ne représentent encore un risque de contamination que dans les pays où le dépistage sanguin n’est pas effectué.


Passage du virus d’une mère séropositive à son enfant

Enfin, il y a un risque de transmission du VIH à l’enfant durant la grossesse, lors de l’accouchement ou pendant l’allaitement (par le lait maternel). Le suivi médical des femmes enceintes et les traitements antirétroviraux ont cependant considérablement réduit ce risque. Le risque de transmission du virus d’une femme enceinte sous traitement à son enfant est aujourd’hui de moins de 2 % en France.

Source : Modes de transmission du VIH et mesures de prévention contre le VIH, Ministère de la Santé 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité