Publicité

QUESTION D'ACTU

Cellules gliales entériques

Maladie de Crohn : un acide gras responsable

Les cellules gliales intestinales joueraient un rôle dans le développement de la maladie de Crohn. Chez les patients, elles sont incapables de produire un acide gras qui renforce la paroi intestinale.

Maladie de Crohn : un acide gras responsable Chameleons Eye/REX/REX/SIPA

  • Publié 09.11.2015 à 19h16
  • |
  • |
  • |
  • |


La maladie de Crohn est de plus en plus médiatisée. L'an dernier, c'est une jeune mannequin britannique qui avait fait le buzz sur les réseaux sociaux, posant en bikini avec ses poches de stomie. Ce week-end, un adolescent a partagé son quotidien avec la maladie sur sa page Facebook.

Comme eux, 100 000 personnes sont atteintes de la maladie en France, avec environ 5 000 cas diagnostiqués chaque année, le plus souvent des personnes entre 20 et 30 ans.

Maladie inflammatoire chronique de la paroi de l’intestin, elle peut atteindre différentes parties de celui-ci, de la bouche à l’anus. Ses origines sont encore mal connues, mais certaines prédispositions génétiques, ainsi qu'un mauvais fonctionnement du système immunitaire, pourraient expliquer son apparition.

 

 

Des chercheurs de l’Inserm viennent de publier une étude, afin d’en apprendre un peu plus sur ses causes, au niveau cellulaire. Leurs analyses se sont concentrées sur certaines cellules du système nerveux entérique, situé tout le long du tube digestif : les cellules gliales.

 

Barrière intestinale perméable

Lorsqu’elles fonctionnent normalement, ces cellules libèrent des dérivés lipidiques d’acides gras, les 15-HETE. Or, ces molécules renforcent la barrière intestinale, et assurent son imperméabilité.

Les chercheurs ont constaté que les cellules gliales entériques de patients ne produisent pas de 15-HETE, ce qui rend la barrière intestinale particulièrement perméable aux agents pathogènes.

Cette vulnérabilité permettrait de mieux comprendre l’origine de la maladie, et pourrait expliquer les rechutes fréquentes des patients. D’après les chercheurs, la découverte permet d’identifier de nouvelles cibles d’intérêt thérapeutique, pour élaborer de nouveaux traitements et mieux prendre en charge les malades.

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité