Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude française

Etiquetage nutritionnel : le code à 5 couleurs prédit les risques de cancer

L’étiquetage nutritionnel à 5 couleurs pourrait s’avérer plus bénéfique que prévu. Le score sur lequel il s’appuie permet de prédire le risque de cancer causé par l’alimentation.

Etiquetage nutritionnel : le code à 5 couleurs prédit les risques de cancer Franck LODI/SIPA

  • Publié 22.10.2015 à 19h02
  • |
  • |
  • |
  • |


Les étiquettes des aliments présents dans votre placard pourraient indiquer votre risque de développer un cancer. Une équipe française s’est intéressée au lien entre équilibre alimentaire et développement de tumeurs. Elle a utilisé pour cela le score FSA-NPS, qui devrait prochainement être utilisé pour indiquer la valeur nutritionnelle des aliments en magasin. Il les classe selon 5 couleurs (vert, jaune, orange, fuchsia, rouge). Les résultats, parus dans le British Journal of Nutrition, permettent de faire le lien entre mauvais choix dans l’assiette et  surrisque de cancer.

L’Equipe de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle (EREN) signe cette étude qui évalue le lien entre la qualité de l’alimentation et le cancer. Les 6 435 participants de la cohorte SU-VI-MAX (Supplémentation en Vitamines et Minéraux AntioXydants), démarrée en 1994 et clôturée en 2007, ont rempli au moins 6 questionnaires répartis sur 2 années. Ils y ont détaillé le contenu exact de leurs différents repas sur des tranches de 24 heures.

Risque accru de 34 %

Grâce à ces données, les auteurs ont calculé le score de chaque aliment en tenant compte de sa teneur en calories, sucres simples, acides gras saturés, sodium, fibres, protéines, fruits et légumes. « Il a récemment été proposé en France d'apposer un logo coloriel (5 couleurs) sur les emballages des produits alimentaires, afin d'indiquer de manière simple et intuitive la qualité nutritionnelle globale du produit au consommateur et ainsi le guider dans ses choix, explique le Dr Mathilde Touvier, coordinatrice des recherches contactée par Pourquoidocteur. De ce fait, nous avons voulu tester si les personnes consommant plutôt des aliments de bonne qualité nutritionnelle (telle que définie par ce score) avaient moins de risque de développer un cancer. »

Après un suivi médian de 12,6 ans, 453 cancers ont été diagnostiqués chez les participants. Cancers du sein et de la prostate exclus, les volontaires dont l’alimentation était la moins équilibrée sont 34 % plus à risque que ceux dont l’assiette est la mieux garnie. Une association particulièrement forte lorsque l’apport énergétique est modéré. Cela confirme l’intérêt préventif d’un bon équilibre alimentaire. Mais surtout, selon les auteurs, cela pourrait suggérer « que cet effet bénéfique serait contrebalancé par un fort apport calorique. » D’où l’importance de veiller à la qualité mais aussi à la quantité de nourriture ingérée.

Des résultats à confirmer

Comment expliquer ce lien ? La littérature est assez prolifique dans ce domaine, même si, comme le rappelle Mathilde Touvier, « Les cancers sont des maladies multifactorielles. » L’obésité, notamment, est associée à une augmentation du risque de cancers des voies digestives. Or, un déséquilibre alimentaire favorise la prise de poids. Mais d’autres travaux ont suggéré un lien entre excès de sel et cancers gastriques. A l’inverse, les bonnes habitudes se révèlent bénéfiques puisque les fibres protègent du cancer colorectal, et les fruits et légumes auraient tendance à réduire le risque de cancers de la bouche, du pharynx, du larynx, de l’œsophage, de l’estomac et des poumons.

Ces résultats sont en cours de confirmation sur des cohortes plus importantes, notamment celle Nutrinet-Santé. La prudence est de mise, car cette étude est bien d'observation. « Nos résultats suggèrent que les personnes qui consomment majoritairement des aliments à dominante fuschia / rouge ont plus de risque que les individus qui globalement consomment des aliments de meilleure qualité nutritionnelle. Mais attention, les aliments "fuschia" ou "rouges" n'augmentent pas en soit le risque de cancer, précise Mathilde Touvier à Pourquoidocteur. Leur consommation à des fréquences et quantités raisonnables ne représente pas de risque. Il s'agit de considérer le régime alimentaire dans sa globalité. » Une chose est sûre : l’étiquetage nutritionnel doit se clarifier pour favoriser une alimentation plus saine. Car sur ce plan, les bénéfices sont clairs.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité