Publicité

QUESTION D'ACTU

Burn-out, postes vacants…

Les anesthésistes au bord de la crise de nerfs

Entre des semaines de travail sans fin et la difficulté de recruter, les anesthésistes frisent le burn-out. Certains proposent des solutions pour mettre fin à la pénurie.

Les anesthésistes au bord de la crise de nerfs DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 18.09.2015 à 09h20
  • |
  • Mise à jour le 18.09.2015 à 09h30
  • |
  • |
  • |


Le Congrès 2015 de la Société Française d'Anesthésie et de Réanimation (SFAR) s’est ouvert ce jeudi à Paris. L'occasion pour ces médecins d'exprimer leur malaise. Une situation paradoxale. En effet, alors qu’ils sont parmi les praticiens hospitaliers (PH) les mieux rémunérés, les services de réanimation doivent faire face à une pénurie grandissante d’anesthésistes-réanimateurs.
A la rentrée 2015, 529 postes d'anesthésistes étaient ainsi à pourvoir dans les quelques mille hôpitaux de France. Dans la région Centre par exemple, il manque pas moins de 53 praticiens. Les hôpitaux de Basse-Normandie en recherchent, eux, 24. A terme, cette crise dans la profession est dangereuse pour ces praticiens, au bord du burn-out, mais aussi pour les patients.

Jusqu’à 110 heures par semaine l’été

Contacté par Pourquoidocteur, le Dr Yves Rébufat, président du SNPHAR-E (1), syndicat associé à Avenir Hospitalier, raconte les origines de cet épuisement. « La chose la plus pénible dans notre métier, c’est la permanence des soins. On travaille le soir, la nuit, et le week-end. Avec les années qui passent, ce rythme de vie devient de plus en plus pénible. »
Dans le passé, ces médecins avouent qu'ils réussissaient à lever le pied sur les gardes et les astreintes. Un temps révolu aujourd’hui, puisque crise démographique oblige, les jeunes recrues sont absentes. C’est donc les anciens qui assurent la permanence de ces gardes.
A ce travail aux heures où les autres se reposent s’ajoute celui de la journée (du lundi au vendredi) qui, pour ces médecins, dépasse allègrement les 35 heures.

Ecoutez...
Yves Rébufat, président du SNPHAR-E : « En moyenne, on fait 55 heures par semaine. Mais il y a des semaines qui peuvent monter jusqu'à 75, 90, 100 heures. Pendant l'été, certains d'entre nous font même jusqu'à 110 heures... »

 

50 % de burn-out dans certains services

Du fait de la pénibilité du métier, le burn-out toucherait ainsi « de 35-50 % des anesthésistes en fonction des services », selon le Dr Max-André Doppia (CHU de Caen), vice-président du Collège Français des Anesthésistes réanimateurs (CFAR). Il précise que le syndrome d'épuisement professionnel concerne aussi bon nombre de chirurgiens, urgentistes, etc.
A la tête la de la Commission SMART (Santé des Médecins Anesthésistes Réanimateurs au Travail) du collège, lui et son équipe ont mis justement en place des outils que peuvent utiliser les anesthésistes pour éviter de tomber dans ce trouble sérieux de la relation au travail (voir encadré).
Il y avait en effet urgence à agir, car même les internes en anesthésie-réanimation se disent touchés par le burn-out. Hélène Carbonne, présidente de l'Association des Jeunes Anesthésistes- Réanimateurs (AJAR), confie : « Chaque année, il y a malheureusement des suicides d'internes. Notre spécialité n'y échappe pas puisqu'on a pu en déplorer un récemment en Ile-de-France. Notre charge de travail est variable selon les services mais peut être lourde, il nous arrive de travailler jusqu'à 90 heures par semaine ! », indique-t-elle.
Néanmoins, pour la suite de ses études, cette dernière reste optimiste, notamment grâce au numerus clausus qui a évolué ces dernières années. « Comme il a augmenté, nous sommes plus par service, donc la charge de travail a diminué (moins de gardes par exemple). On peut donc suivre la formation théorique organisée par notre université. Et notre repos de sécurité est dans l'ensemble respecté », reconnaît-elle. 

L’hôpital malade de l’intérim

Une amélioration donc pour les futurs anesthésistes, mais qui ne semble pas encore profiter à ceux déjà en place. Les services en anesthésie tournent de plus en plus grâce à l’intérim médical. Pour comprendre, les services hospitaliers doivent aujourd’hui faire face à une véritable pénurie qui se caractérise par 10-30 % de postes vacants selon les hôpitaux.

Les intérimaires comblent donc la pénurie de médecins mais coûtent très cher à l’hôpital. Actuellement, un médecin intérimaire peut gagner jusqu'à 15 000 euros par mois. En moyenne, une journée de travail lui rapporte de 600 à 800 euros nets, quand son collègue titulaire perçoit 260 euros. Dans un rapport récent, le député Olivier Véran (PS, Isère) a estimé que ces professionnels de santé coûtent tous les ans 500 millions d’euros à l’hôpital.
Par ailleurs, ces mercenaires, comme certains les appellent, sont issus pour beaucoup du corps des praticiens hospitaliers. Yves Rébufat fait remarquer « qu'en les utilisant, on prend les habits de Paul pour les donner à Jacques afin de boucher les effectifs ». Bref, un système illogique qui ne fidélise pas les médecins et rend encore plus difficile le recrutement. 

Ecoutez...
Yves Rébufat : « Le phénomène de l'intérim médical prend des proportions très inquiétantes puisqu'il ne fait que s'accroître. D'année en année, on constate une augmentation exponentielle, même dans les CHU... »

 

Un risque d’erreur médicale accru

Cette situation met aussi le patient en danger, puisque le burn-out augmente le risque d’erreur médicale. D'après une étude de l’association Asspro scientifique menée auprès de 1 024 spécialistes, dont des anesthésistes, on dénombre, chaque année, de 60 000 à 95 000 "événements indésirables graves" sur un total de 1,5 million d'interventions chirurgicales (soit 4 à 6 %). Selon les auteurs, le stress des professionnels de santé est « un signal susceptible d'alerter sur un risque potentiel d'augmentation des accidents ».
La peur de se retrouver dans une situation délicate, notamment sur le plan juridique, fait fuir les plus jeunes et menace de désaffection totale la spécialité d'anesthésie, ajoutaient-ils.

Ecoutez...
Yves Rébufat : « Au bout d'un moment, c'est le ras-le-bol qui s'installe. Il est la cause de négligences. Ça peut être un électrocardiogramme (ECG) qui n'est pas correctement lu, ou un examen complémentaire... »

 

Pour Yves Rébufat, toutes ces problématiques pourraient se régler en réduisant la durée du temps de travail clinique à 40 heures, « comme pour les urgentistes », souligne-t-il. « Et entre 40 et 48 heures, durée maximale fixée par l'Europe, les anesthésistes devraient faire des tâches non cliniques (enseignement, recherche, formation, etc) », conclut-il.

(1) Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateurs-Élargi

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Des actions contre le burn-out

« Le Collège a engagé une vaste campagne de communication "être écouté, ça peut aider", avec un flyer téléchargeable sur le site et diffusé dans les congrès de la spécialité. Nous avons aussi mis des documents à disposition en ligne sur notre site web (www.CFAR.ORG), et des fiches pratiques comme par exemple « comment je fais face à… », à destination d'un collègue en difficulté, avec des troubles addictifs, victime d'un épuisement ou d'un accident médical, ou tenant des propos inquiétants (sur le suicide par exemple).

Le CFAR propose également d’orienter vers un addictologue en cas de besoin, le tout dans la confidentialité. Une ligne Numéro Vert (0 800 00 69 62) a aussi été mise en place, qui met un professionnel en contact direct avec un psychologue clinicien, le tout, anonymement. Ceci permet de clarifier une situation et de proposer une orientation le cas échéant.

Pour les plus jeunes, le fait de pouvoir dialoguer avec un psychologue au téléphone est encore difficile. C’est pourquoi nous avons opté pour faciliter la prise de contact, toujours anonyme, grâce à un Chat qui permettra secondairement, de passer au téléphone pour développer une problématique personnelle. Mais le premier pas aura été fait. La génération deux pouces doit être joignable par les moyens qui lui sont les plus adaptés.

De plus, nous proposons des auto-tests (alcool, HAD, sommeil, tabac, etc) pour s’auto-évaluer, sur divers aspects, de manière individuelle. Enfin, il nous a paru très utile de faciliter l’analyse collective en informatisant les tests et les résultats des membres de l’équipe, tout en conservant le caractère anonyme de cette mesure.
D’ici deux semaines, ce service sera disponible. Un référent, désigné par l’équipe, pourra créer la base de tests que l’équipe aura décidé de compléter. Les résultats de ces diagnostics d'équipe seront restitués à l’ensemble des participants, lors d’une réunion. On peut imaginer que le médecin du travail ou un ergonome soit convié à l’analyse, le tout pour en déduire des changements qui apparaîtraient nécessaires ».

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité