Publicité

QUESTION D'ACTU

Stress, angoisse

Un tiers des chirurgiens et des anesthésistes menacés par le burn-out

Une étude révèle que 30% des spécialistes de bloc opératoire ont un niveau de stress supérieur à 8 sur 10.  Cette fatigue morale et physique  n'est pas sans conséquence pour les patients.

Un tiers des chirurgiens et des anesthésistes menacés par le burn-out POUZET/SIPA

  • Publié 07.12.2012 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Près d’un tiers des praticiens exerçant en plateau technique lourd seraient au bord de la crise de nerfs. La souffrance des soignants est un phénomène déjà connu. Cette fois, c'est l’association Asspro scientifique qui veut « tirer la sonnette d'alarme » avec une étude menée auprès de 1024 spécialistes (chirurgiens orthopédistes, anesthésistes ou gynécologues obstétriciens). Celle-ci révèle que la majorité d’entre eux évaluent leur niveau de stress comme supérieur ou égal à 8 sur 10. 

Ces spécialistes qui travaillent souvent entre 60 et 80 heures par semaine pointent du doigt la lourdeur des tâches administratives qui viennent allonger leurs journées, la pression financière et le souci de productivité, qui sont perçus comme autant de sources d’angoisse et de stress dans leur métier, même s’il ne s’agit pas directement de leur pratique à l’intérieur du bloc opératoire.
Cette étude révèle aussi la déception d'un quart des praticiens et leur pessimisme quant à la pratique de leur métier. Un tiers d’entre eux se montre spontanément très critique envers le système de santé français.

Le sentiment de ces professionnels est ambivalent : alors qu'une grande majorité des praticiens (81,2%) témoigne d'une grande envie d’exercer leur métier, un quart d’entre eux appréhende  dès le matin la charge de travail de la journée à venir.  
Une fois la journée de travail achevée, ils sont encore 25% à se dire exténuées, à ressentir des troubles du sommeil, des céphalées ou des douleurs rachidiennes, autant d'« éléments significatifs d’un état de fatigue et de stress persistant après le travail. » 
Certains praticiens disent même revivre les moments difficiles de leur journée après la fin de leur travail. Ces témoignages sont symptomatiques d’un état de stress élevé, pouvant conduire droit au burn-out.

Ecoutez Vincent Travers, chirurgien de la main et secrétaire général de l'association Asspro scientifique :« Le burn-out est un cercle vicieux pour les chirurgiens et les anesthésistes ” 



Pour le chirurgion, le burn-out nait d'un décalage entre l’image très positive que les médecins se font de leur profession, et la pression juridique et médiatique à laquelle celle-ci les expose bien souvent avec une certaine violence.

Ainsi, les poursuites judiciaires intentées par les patients sont particulièrement difficiles à gérer. Même si 90% d’entre elles débouchent sur un non lieu, elles font souvent naître un profond sentiment d’injustice chez le personnel soignant. 
Lors des séminaires de gestion du stress qu’il organise régulièrement, Vincent Travers exhorte ses collègues à relativiser ces situations délicates. « Je dis qu’il ne faut pas se focaliser sur l’unique patient qui a porté plainte dans l’année. Mieux vaut penser à ceux qui ont été satisfaits des soins qu’ils ont reçu ». Il demande aussi aux chirurgiens qu’il accompagne d’optimiser les tâches administratives, et de se décharger si possible d’une partie du travail sur leurs collaborateurs.

Une réflexion collective pour prévenir le burn-out et le risque opératoire
Cette situation de stress est évidemment lourde de conséquence, tant pour les soignants que pour leurs patients. Alors que l’on dénombre chaque année de 60 000 à 95 000 "événements indésirables graves" sur un total de 1,5 million d'interventions chirurgicales (soit 4 à 6 %), le stress des professionnels de santé est « un signal susceptible d'alerter sur un risque potentiel d'augmentation des accidents ». La peur de se retrouver dans une situation délicate, notamment sur le plan juridique, fait fuir les plus jeunes et menace de désaffection les spécialités les plus à risque (obstétrique, anesthésie).

Les conséquences d’un burn-out sont tout aussi ravageuses sur la santé du médecin lui-même : des études américaines font état d’un taux impressionnant de mises en invalidité pour cause de troubles psychiques parmi les professionnels de la santé, dont le taux de suicide (6%) est presque deux fois plus élevée que celui du reste de la population. « Les médecins ont parfois le sentiment d’être des surhommes, mais ils doivent admettre qu’ils sont des hommes comme les autres, et qu’ils doivent parfois se faire soigner eux aussi », soupire Vincent Travers.

Il souhaite que l’étude publiée aujourd’hui soit un signal d’alarme, pour pousser les soignants à reconnaître leurs faiblesses et celles de leurs collègues. Le but, « dépister ceux en situation de dépression grave, qui, sensibilisé, pourront bénéficier d’un travail thérapeutique personnel. » Ayant lui-même été victime de burn-out il y a quelques années, Vincent Travers a préféré prendre des mesures pour changer radicalement son mode de vie : en passant d’un plein temps à un mi-temps (soit 35 heures de travail hebdomadaire) et en quittant un hôpital géré par un grand groupe financier à une clinique « à taille humaine ».

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité