Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude sur 480 ados

Réseaux sociaux : l'abus augmente le risque de dépression

Une étude confirme que l'excès de réseaux sociaux n'est pas bon pour la santé mentale. Rester connecté en permanence augmente le risque d'anxiété et de dépression.

Réseaux sociaux : l'abus augmente le risque de dépression Nick Ut/AP/SIPA

  • Publié 11.09.2015 à 13h04
  • |
  • |
  • |
  • |


Savoir se déconnecter, c’est un peu le message d’une étude présentée au congrès de la British Psychological Society, qui se tient à Manchester (Royaume-Uni) du 9 au 11 septembre. Les adolescents qui restent trop longtemps sur les réseaux sociaux sont plus à risque de dépression.

« L’adolescence peut être une période de vulnérabilité accrue, et le déclenchement d’une dépression, d’anxiété, ou une mauvaise qualité du sommeil peuvent y contribuer, explique le Dr Heather Cleland Woods. Il est important de comprendre comment les réseaux sociaux s’y associent. »

Pour répondre à cette question, 467 adolescents ont rempli des questionnaires sur leur consommation générale et nocturne des réseaux sociaux. D’autres tests ont permis d’évaluer objectivement la qualité de leur sommeil, leur estime d’eux-mêmes, les signes de dépression, d’anxiété et l’investissement émotionnel.

Utiliser les réseaux sociaux dans la journée et trop s’investir perturbe la qualité du sommeil. Un investissement excessif est aussi associé à une baisse de l’estime de soi, une hausse de l’anxiété et de la dépression.

« Cela signifie que nous devons réfléchir à la façon dont nos enfants utilisent les réseaux sociaux, et sur le moment où il faut décrocher », conclut le Dr Heather Cleland Woods.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité