Publicité

QUESTION D'ACTU

Plus de maladies cardiaques, AVC, cancers...

Abeilles : leur disparition tuerait 1,4 million d'humains

En modifiant notre alimentation, la disparition totale des pollinisateurs conduirait à une augmentation de la mortalité de 2,7 % dans le monde.

Abeilles : leur disparition tuerait 1,4 million d'humains Geoffrey Swaine/REX Shu/SIPA

  • Publié 16.07.2015 à 18h45
  • |
  • |
  • |
  • |


Les chiffres font froid dans le dos. Selon une analyse publiée jeudi dans la revue médicale The Lancet, le déclin global des pollinisateurs, essentiellement des abeilles, pourrait causer 1,4 million de morts supplémentaires par an dans le monde. Ces chiffres correspondent à une augmentation de la mortalité mondiale de près de 3 %.

 

Les pays développés et en développement touchés

D'après les scientifiques de l'Harvard T.H. Chan School of Public Health (Boston), cet accroissement de mortalité résulterait de la combinaison d'une augmentation des carences en vitamine A et en folates (vitamine B9 ou acide folique), vitales pour les femmes enceintes et les enfants.
Ces carences peuvent en effet atteindre les yeux et entraîner par la suite la cécité ou des malformations du système nerveux.
Des effets sur la santé inquiétants qui toucheraient à la fois les pays développés et ceux en développement.

Avec un scénario d'élimination complète de Maya l'abeille et de ses amis, les chercheurs estiment ainsi que 71 millions de personnes dans les pays à faible revenu pourraient se retrouver carencées en vitamine A, et 2,2 milliards, qui ont déjà une consommation insuffisante, verraient leurs apports se réduire encore. Pour les folates, ce sont 173 millions de personnes qui deviendraient carencées et 1,23 milliard de gens qui verraient leur consommation déficiente se détériorer encore.

Ces carences pourraient entraîner une incidence accrue des maladies cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et de certains cancers.

 

Moindre disponibilité des fruits et légumes


Mais quel est le lien entre les insectes pollinisateurs et la mortalité humaine ? Les scientifiques américains expliquent qu'un effondrement de la population des pollinisateurs aurait un impact majeur sur nos habitudes alimentaires. Plus précisément, ils estiment qu'une baisse de 100 % des « services de pollinisation » pourrait réduire les approvisionnements mondiaux en fruits de 22,9 %, en légumes de 16,3 %, et de 22,9 % en noix et graines, mais avec des disparités selon les pays. 

« Ces changements alimentaires pourraient augmenter la mortalité mondiale annuelle par les maladies non transmissibles et celles liées à la malnutrition de 1,42 million de décès par an », conclut le Dr Samuel Myers, principal auteur de l'étude. Une perte des services de pollinisation limitée à 50 % équivaudrait à une surmortalité de 700 000 décès, selon les modélisations des chercheurs.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité