• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Semaine d'Action sur la Fibrillation Atriale

Comment dépister la fibrillation atriale?

Cette arythmie du risque cardiaque, qui passe souvent inaperçue, touche 750 000 personnes en France. Si elle n’est pas traitée à temps, elle peut conduire à d’autres problèmes graves comme l’accident vasculaire cérébral. Heureusement, de nombreuses technologies non invasives permettent de se surveiller. Le point dans le cadre de la Semaine d'Action sur la FA, en partenariat avec Action-Coeur et Paroles&Réactions.

Comment dépister la fibrillation atriale? iStockphoto.com/HATICE GOCMEN

  • Publié le 08.12.2020 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le dépistage de la fibrillation atriale doit se faire le plus rapidement possible.
  • Si elle n'est pas traitée à temps, la fibrillation atriale peut causer des AVC à cause des caillots de sang qui se forment dans les oreillettes et qui migrent grâce à la circulation jusqu'au cerveau.

La fibrillation atriale est un trouble du rythme cardiaque qui touche les oreillettes du cœur. Ce trouble du rythme cardiaque, le plus fréquent dans le monde, concerne 750 000 personnes en France. La fibrillation atriale touche majoritairement les personnes à partir de 50 ans, et le plus souvent, elle est asymptomatique, c’est-à-dire que la personne concernée ne le sent pas. Le problème, c’est qu’une fibrillation atriale qui n’est pas traitée peut dégénérer et créer des problèmes de santé plus graves, notamment des accidents vasculaires cérébraux, à cause des caillots de sang qui se seront formés dans l’oreillette cardiaque.

Des méthodes de dépistages précoces et non invasives

C’est pour éviter que ce problème de santé publique ne prenne plus d’ampleur dans la population générale que les médecins insistent pour effectuer des dépistages. La réalisation d’un électrocardiogramme (ECG) par un professionnel de santé compétent est évidemment la meilleure manière de s’assurer de sa bonne santé cardiaque. Cependant, les technologies actuelles permettent d’avoir des holters cardiaques, c’est-à-dire des enregistreurs de l’activité électrique du cœur, capables d’effectuer une surveillance continue. Ces dispositifs peuvent être internes et placés au plus près du cœur, ou externes et reliés à des électrodes. Ainsi, en analysant en continu l’activité cardiaque durant deux à trois semaines, il est possible de diagnostiquer rapidement les changements de rythme.

Suivre l'évolution du rythme cardiaque

Il est également possible dans une moindre mesure de se servir d’une montre connectée afin de suivre l’évolution de son coeur. Si certaines ne font qu’indiquer votre rythme cardiaque, d’autres sont capables de réaliser un ECG directement sur votre poignet. Le test nécessite environ trente secondes et permet de déceler une arythmie dans le rythme cardiaque. Ces résultats, qui ne valent pas ceux d’un spécialiste, pourront toutefois vous inciter à vous orienter vers un spécialiste afin qu’il confirme vos relevés. 

Enfin, pour combattre la fibrillation atriale, les professionnels de santé prescrivent le plus souvent des anticoagulants afin de fluidifier le sang et empêcher la formation de caillots sanguins dans l’oreillette cardiaque. Il est également possible de maintenir un rythme cardiaque normal grâce à des médicaments antiarythmiques. En dernier recours, les médecins peuvent conseiller de réaliser une ablation endocavitaire, une opération chirurgicale qui consiste à cautériser à l’intérieur du cœur certaines zones qui favorisent la fibrillation atriale.

Pour en savoir plus, écoutez Nicolas Lellouche, professeur de cardiologie et de maladies vasculaires au CHU Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne).




Le point dans le cadre de la Semaine d'Action sur la FA, en partenariat avec Action-Coeur et Paroles&Réactions.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES