• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Semaine d’action sur la fibrillation atriale

Fibrillation atriale : quels sont les facteurs de risque et les comorbidités associées ?

Si le risque de fibrillation auriculaire augmente avec l'âge, d’autres facteurs de risque et comorbidités sont associés à ce trouble du rythme cardiaque. Lesquels ? À l’occasion de la Semaine d’action sur la fibrillation atriale du 7 au 12 décembre, Pourquoi Docteur fait le point avec le cardiologue Dominique Dabuty, en partenariat avec Action-Coeur et Paroles&Réactions.

Fibrillation atriale : quels sont les facteurs de risque et les comorbidités associées ? sudok1/iStock

  • Publié le 07.12.2020 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le Pr Dominique Babuty, chef du service cardiologie au CHRU Trousseau de Tours détaille les facteurs de risque associés à la fibrillation auriculaire.
  • Parmi eux, le diabète, le surpoids, l'alcool, la sédentarité, mais aussi l'endurance à haut niveau.
  • L'hypertension est aussi un facteur de risque et une comorbidité associée, avec un risque d'ablation atriale.

Trouble cardiaque le plus fréquent chez les adultes après 40 ans, la fibrillation auriculaire, aussi appelée fibrillation atriale, caractérise par une accélération et une irrégularité du rythme cardiaque. Il peut entraîner la formation de caillots dans la cavité de l'oreillette du cœur, qui peuvent ensuite se déplacer du cœur vers le cerveau et provoquer un accident vasculaire cérébral (AVC). La fibrillation auriculaire peut également entraîner un affaiblissement de la cavité inférieure du cœur, ce qui provoque une accumulation de liquide ou une insuffisance cardiaque.

Traiter la cardiopathie sous-jacente

Si le plus souvent, les causes de la fibrillation auriculaire sont inconnues, des facteurs de risque et des comorbidités associées ont été identifiés, comme nous le confirme le Pr Dominique Babuty, chef du service cardiologie au CHRU Trousseau de Tours.

"Dans les dernières recommandations européennes sur la prise en charge de la fibrillation auriculaire datant du mois de septembre, il y a une partie très importante accordée aux comorbidités et à la maladie cardiaque associées", explique le Pr Babuty, qui cite dans la prise en charge "l’anticoagulation" et "le maintien ou non du rythme sinusal en fonction des symptômes". Il est aussi nécessaire d’identifier et de traiter la cardiopathie sous-jacente si celle-ci est diagnostiquée. "Par exemple en identifiant une valvulopathie mitrale qui peut, si elle est sévère, être traitée chirurgicalement", détaille le cardiologue, qui cite aussi l’importance de contrôler une éventuelle hypertension artérielle du patient.

Contrôler les comorbidités associés

"Le deuxième élément bien souligné dans ces dernières recommandations est de contrôler toutes ces comorbidités associées", poursuit le Pr Babuty. Les principales comorbidités associées à la fibrillation atriale sont la surcharge pondérale, l’apnée du sommeil, le diabète, l’hypertension, mais aussi la prise d’alcool.

Les patients plus jeunes ou en bonne condition physique ne sont pas épargnés par la fibrillation auriculaire. "Parmi les sportifs, ceux qui font beaucoup d’endurance" sont susceptibles de développer ce trouble du rythme cardiaque. "On sait que l’endurance à un rythme soutenu et prolongé favorise la fibrillation auriculaire. Il y a donc un compromis à trouver entre le risque de fibrillation auriculaire et l’activité physique", ajoute le Pr Babuty, qui souligne l’intérêt de diminuer l’activité physique pour éviter tout traitement invasif tel qu’une ablation par cathéter, qui est à risque de complications.

A contrario, une sédentarité peut aussi entraîner une fibrillation auriculaire. "Il faut donc inciter ces patients à bouger. Reprendre une activité physique peut améliorer les choses, du moins la tolérance à l’effort de la fibrillation auriculaire."

Fibrillation auriculaire et insuffisance cardiaque

Souvent, ces deux troubles vont de pair, explique le Pr Babuty. "C’est un cercle vicieux. C’est-à-dire que l’insuffisance cardiaque favorise la fibrillation auriculaire, et la fibrillation auriculaire aggrave l’insuffisance cardiaque."

S’il a été décidé de maintenir le rythme sinusal, l’Amiodarone est le seul antiarythmique autorisé. L’autre option reste l’ablation, une technique longue et complexe avec un risque de complications (rétrécissements des veines pulmonaires et épanchements péricardiques compressifs, ce qui fait courir le risque de tamponnade), mais qui a l’avantage de maintenir le rythme sinusal et d’éviter les effets secondaires de l’Amiodarone.

"Quand ce n’est pas possible, il y a une autre option qui est l’ablation du nœud atrio-ventriculaire mais le prix à payer est la mise en place d’un pacemaker. Et quand les patients ont une fonction ventriculaire gauche altérée, c’est un pacemaker multisite."








Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES