• CONTACT


LES MALADIES

Dépression du post-partum : en parler, c'est déja la soigner

Dépression du post-partum : en parler, c'est déja la soigner

L'arrivée d'un bébé est un moment merveilleux. Toutefois, elle peut aussi être très bouleversante, et retentir sur le moral de la jeune maman, au point de provoquer une dépression, appelée dépression du post-partum. Cette maladie, bien plus fréquente qu'on ne le pense, peut heureusement facilement être guérie. Et oser évoquer son mal-être est le premier pas du traitement. 

Dépression du post-partum : en parler, c'est déja la soigner
© iStock
Publié le 08.02.2024
Dépression du post-partum : COMPRENDRE

 

Des mots pour les maux

Le post-partum correspond à la période qui suit un accouchement avant de retrouver l'équilibre hormonal préexistant à la grossesse. En général, on parle du post-partum pour les 6 semaines qui suivent l'accouchement, mais on peut aussi considérer qu'il s'agit des 6 mois suivant l'accouchement, temps nécessaire pour retrouver aussi un équilibre global.

La dépression du post-partum est donc un trouble psychique qui se développe durant cette période bouleversante qu'est le post-partum. On peut aussi parler de dépression post-natale.

Elle est à différencier du baby-blues, terme anglais se traduisant par « déprime du bébé » et pouvant aussi être qualifié de « déprime de l'accouchement » qui correspond à une baisse de moral bien moins grave survenant quelques jours après l'accouchement et se résolvant spontanément.

Qu'est que la dépression du post-partum ?

La dépression du post-partum est une dépression qui survient après l'accouchement. Elle se développe environ 2 à 8 semaines après l'accouchement mais peut arriver jusque un an après. La période la plus à risque se situe entre le troisième et le sixième mois suivant l'arrivée de l'enfant. La dépression du post-partum dure en général quelques mois.

Quels sont les signes d'une dépression du post-partum ?

Les signes de la dépression du post-partum sont les mêmes que ceux d'une dépression « classique » mais ils sont liés à l'arrivée d'un nouvel enfant et aux bouleversements psychiques qui en résultent.

Cela peut ainsi se présenter sous la forme d’une humeur dépressive, d’une profonde tristesse sans raison apparente, de pleurs fréquents, de l'envie d'être beaucoup seule, d’un manque de confiance en soi ou encore de difficultés de concentration et l'impression que rien ne s'améliorera jamais.

Les symptômes sont souvent centrés sur l'enfant avec une grande anxiété en ce qui le concerne, la sensation d'être incapable de s'en occuper correctement, des difficultés pour établir un lien avec lui ou dans des cas plus sévères, des pensées où on lui fait du mal, on parle alors de phobies d'impulsion.

La dépression retentit aussi sur le quotidien se traduisant par exemple par une incapacité à réaliser les tâches du quotidien ou à prendre du plaisir dans des activités qui d'habitude en procurent. Les symptômes sont aussi parfois plus généraux avec une grande fatigue, des troubles du sommeil (dormir trop ou pas assez) et/ou un changement de l'appétit (trop ou trop peu).

Quelles sont les causes de dépression du post-partum ?

Les causes de la dépression du post-partum sont multiples et souvent intriquées. Il n'y a pas une cause unique qui explique l'arrivée d'une dépression. Elle peut s'expliquer par les changements d'hormones lié à la fin de la grossesse et l'accouchement associée à la grande fatigue liée au manque de sommeil mais aussi au bouleversement global que constitue l'arrivée d'un enfant dans une famille. Le manque de soutien dans l'entourage ou la solitude peuvent augmenter les risques de survenue d'une dépression.

Quels sont les facteurs de risque de dépression du post-partum ?

Toute jeune maman peut développer une dépression du post-partum mais certaines sont plus à risque. C'est le cas notamment en cas d'antécédents personnels ou familiaux de dépression, de la survenue d’événements extérieurs stressants au cours de la grossesse ou après l'accouchement, de revenus faibles, de violences dans le couple ou encore de grossesse non désirée.

Quelles sont les complications de la dépression du post-partum ?

Non reconnue, la dépression du post-partum peut causer des souffrances à la femme atteinte mais aussi à sa famille et notamment son conjoint et son enfant.

Chez la jeune mère, la plus grave conséquence est le suicide, deuxième cause de mort maternelle en France.

Au sein du couple, elle peut engendrer de grandes tensions et conduire au divorce.

L'enfant aussi peut en subir de lourdes conséquences, autant sur le plan psychique, que cognitif et moteur. Heureusement toutes ces conséquences peuvent être prévenues par une prise en charge adaptée.

Les pères peuvent-ils être aussi touchés par une dépression du post-partum ?

La période du post-partum est aussi bouleversante pour le jeune papa, qui peut lui aussi développer une dépression du post-partum. Le risque est d'autant plus élevé si la conjointe est elle-même atteinte par cette pathologie.

Chez les jeunes pères, les symptômes sont souvent différents par rapport à ceux des jeunes mères atteinte de dépression. Il ressentira plutôt des doutes, une perte de confiance, une absence d'envie de s'occuper de son bébé, l'envie fréquente de partir du domicile, la peur d'être jugé ou encore le sentiment de ne pas trouver sa place.

Les conjoints ont donc certes un rôle de soutien dans cette période difficile du post-partum mais ils ont eux aussi besoin d'être accompagnés pour limiter les risques de développer cette pathologie.

DIAGNOSTIC >>

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES