Publicité

QUESTION D'ACTU

Nanoparticules : la présence dans les sucreries inquiète


  • Publié 24.08.2017 à 09h47
  • |
  • |
  • |
  • |


Elles sont 50 000 fois plus petites qu’un cheveu et elles ont envahi les objets de notre vie quotidienne. Utilisées dans l’industrie cosmétique, les nanoparticules colonisent aujourd’hui notre alimentation. Elles aident à modifier la couleur, l’odeur, la fluidité ou encore la texture des produits et empêchent l’oxygène et l’humidité d’altérer le produit. 
Mais, surtout, elles sont source d’interrogations sur les effets pour notre santé.

Dans son numéro de septembre, le magazine 60 millions de consommateurs relève que l’additif E171, composé en partie sous forme de nanoparticules, est présent en quantités variables dans 18 produits sucrés testés, comme les gâteaux ou les bonbons.
Des proportions allant de 10 % à 100 %, relève Ouest France. Le dioxyde de titane, note le quotidien régional, apparaît, par exemple, dans la composition des biscuits Napolitain de Lu (12 %), les gâteaux glacés Monoprix Gourmet (100 %), en passant par les M&M's (20 %). Les étiquettes mentionnent bien la présence d’E171, mais ne précisent pas l’usage des nanoparticules.

C’est justement ce « manque de rigueur » de la part des industriels qui inquiète l’association de consommateurs. Ces composés microscopiques franchissent allègrement les barrières physiologiques. « Lorsqu'une substance étrangère s'immisce au sein-même d'une cellule, on peut évidemment supposer qu'il peut y avoir des dégâts, en tout cas un dérèglement de certaines de ces cellules », confie à l'AFP Patricia Chairopoulos, co-auteur de l'étude.

Aujourd’hui, les études ne permettent pas d’évaluer l'impact réel des nanoparticules pour notre santé, rappellent vos quotidiens, mais elles pointent néanmoins les effets. Comme celle de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) publiée en avril dernier.
Les chercheurs avaient fait ingérer à des rats du dioxyde de titane contenant 40 à 45 % de nanoparticules, à des doses proches de celles que l’homme peut absorber. Après cent jours d’exposition, ils ont observé que le dioxyde de titane entraînait une croissance accélérée de lésions initialement bénignes comme les polypes dans le côlon.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité