Publicité

QUESTION D'ACTU

Chronotype : être du matin ou du soir est génétique

Chronotype : être du matin ou du soir  est génétique MichalLudwiczak/epictura

  • Publié 08.08.2017 à 11h03
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est souvent un constat qui s’impose lors des vacances. Toutes les contraintes horaires s’estompent, le réveil du matin n’est plus qu’un vieux souvenir et là, force est de constater qu’on n’émerge jamais avant 10 heures, bien sonnées. Fatigue de l’année à « rattraper » ou simple ajustement à notre chronotype ? Pour les spécialistes de la chronobiologie interviewée par Barbara Krief de l’Obs, la réponse est on ne peut plus claire : une fois les contraintes envolées, le naturel revient au galop et du matin ou du soir, rien ne sert de lutter, « c’est génétique » !

La moitié de la population aurait la chance d’être aussi efficace en matinée qu’en fin de journée. Par contre, 25% des personnes seraient bel et bien du matin, tandis que le quart restant serait « du soir ». Si vous avez un doute, Barbara Krief rappelle l’existence d’un test mis au point à la fin des années 1970 et toujours d’actualité. Disponible en ligne, sur le site du Réseau Morphée, il permet en 19 questions de vous aiguiller vers votre chronotype. L’exercice est parfois compliqué tant les normes sociales pèsent lourd, relève la chercheuse Claire Leconte. Il faut donc répondre aux questions en se plaçant dans la situation idéale, celle où vous adaptez votre vie à votre nature, et non l’inverse.

Or rythme naturel et rythme social vont malheureusement rarement de pair. Hormis pour les petits dormeurs du soir (et ils sont rares !) qui peuvent se coucher quand le sommeil les prend à minuit passé, mais être d’attaque à 6 heures du matin, aller à l’école, ou au travail nécessite souvent de s’adapter. Et les conséquences peuvent être lourdes : « Certaines dépressions peuvent être causées par des années de rythme social imposé », précise ainsi Claire Leconte. La spécialiste n’y va pas par quatre chemins : c’est à l’entreprise de s’adapter aux différents chronotypes et pas l’inverse ! « Les salariés seraient bien plus heureux et surtout bien plus productifs », ajoute la chercheuse.

En attendant que le monde du travail n’évolue pour se mettre en phase avec la nature humaine, les vacances seront l’occasion pour chacun de retrouver son rythme naturel… et la rentrée pourrait être compliquée ! Pour les couche-tard / lève-tard les plus « décalés » par rapport aux horaires sociaux, une consultation avec un spécialiste du sommeil peut s'avérer utile. Des aides peuvent leur être apportées pour les aider à s’adapter tout en minimisant les conséquences sur leur bien-être.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité