Publicité

QUESTION D'ACTU

Journée internationale

Cancers de l'enfant : améliorer l'accès aux innovations

Moins connus, plus rares, les cancers pédiatriques connaissent des progrès thérapeutiques moins conséquents que les cancers de l’adulte. La recherche doit être stimulée, pointe l’Institut national du cancer.

Cancers de l'enfant : améliorer l'accès aux innovations Jeremy Long/AP/SIPA

  • Publié 16.02.2015 à 07h52
  • |
  • |
  • |
  • |


Le 15 février est la Journée internationale du cancer de l’enfant. Deux jours plus tôt, la directrice de l’Institut national du cancer (INCa) Agnès Buzyn, a justement remis un bilan d’étape du troisième plan Cancer au président de la République. L’occasion de rappeler que des progrès doivent encore être réalisés pour permettre de progresser dans la prise en charge thérapeutique des plus jeunes.


Priorité du plan Cancer

L’INCa rappelle que la recherche en cancérologie pédiatrique est l’une des priorités du plan Cancer, dont les actions ont pour objectif de « faire progresser l'accès à l'innovation et améliorer encore la qualité des soins pour les enfants, adolescents et jeunes adultes, ainsi que l'accompagnement de ces patients et de leur famille pendant et après la maladie ».

Il y a sans conteste eu de grandes avancées. Dans une interview au Parisien, Agnès Buzyn cite l’exemple du cancer de l’enfant le plus fréquent, la leucémie aiguë : « Alors que le taux de survie n’était que de 10 % dans les années 1960, on parvient aujourd’hui à 90 % de guérison ».


Actions ciblées envers les enfants

Mais le décalage persiste toujours entre les progrès réalisés dans le domaine des cancers pédiatriques et ceux de l’adulte, notamment car ces derniers ne sont « pas transposables aux enfants », précise Agnès Buzyn au Parisien. Le rapport sur le plan Cancer comporte un focus sur les actions qui concernent les enfants, les adolescents et les jeunes adultes. L'accent est mis sur la nécessité d'améliorer leur accès à l’innovation et à la recherche.

Un appel à candidatures a ainsi été lancé en 2014 pour la labellisation de nouveaux Centres d’essais cliniques de phase précoce (CLIP2). Les CLIP2 sont des centres investigateurs, dont les premiers ont été labellisés en 2010, et qui ont pour objectif de favoriser l’accès des patients aux molécules innovantes. Des CLIP2 pédiatriques devraient donc voir le jour prochainement afin de permettre aux enfants d'intégrer les essais cliniques menés sur les molécules de dernière génération.

Le rapport rappelle aussi l’existence du programme AcSé (Accès sécurisé à des thérapies ciblées innovantes), mis en place dès 2013, qui « intègre la dimension pédiatrique afin de permettre aux enfants d’accéder de façon équitable aux thérapies innovantes dans le cadre des essais cliniques déclinés dans le programme ». Ou encore, le fait que la thématique cancérologie pédiatrique est mise en évidence dans les différents appels à projet de recherche.


Rattraper le retard

La prise de conscience, même tardive, opère ; en témoignent les initiatives se multipliant pour offrir davantage de moyens à la cancérologie pédiatrique et de meilleures chances de guérison pour les enfants. Reste à ce qu’elles portent leurs fruits. D’après l’INCa, 1 700 nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués chaque année en France chez des enfants de moins de 15 ans. Le cancer représente 7 % des causes de mortalité infantile – plus de 400 enfants meurent chaque année d’un cancer. La survie globale des enfants atteints est estimée à 92 % à 1 an et à 82 % à 5 ans, tous types de cancers et tous âges confondus.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité