Publicité

QUESTION D'ACTU

700 000 élèves concernés

Harcèlement à l'école : un plan pour venir en aide aux victimes

Selon plusieurs études, le harcèlement à l'école laisse des séquelles durables sur la santé mentale et physique à l'âge adulte. La ministre de l'Education nationale s'attaque à ce fléau.

Harcèlement à l'école : un plan pour venir en aide aux victimes DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 07.02.2015 à 08h10
  • |
  • |
  • |
  • |


Quand l'école ne protège plus les enfants. Selon une enquête réalisée par l’Observatoire international de la violence à l’école, 12 % des élèves en fin de primaire (CE2, CM1, CM2) sont victimes de harcèlement. Il seraient 10 % au collège, selon d'autres études. Résultat en France, le nombre total d’élèves harcelés serait de 700 600, en incluant les lycéens.

Face à ce constat inquiétant, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, a présenté ce vendredi de nouvelles initiatives pour lutter contre ce fléau. Prévues pour entrer en vigueur en 2015 et 2016, elle consisteront à former les enseignants pour qu'ils détectent mieux ces pratiques et les victimes. La ministre a aussi  annoncé la création du prix « Mobilisons-nous contre le harcèlement », pour que les élèves puissent faire de la prévention, en dessinant par exemple.
Enfin, un numéro vert (0 808 807 010) pour les familles existe depuis un an. La plateforme a traité 3 619 appels en 2014. Pour faciliter son utilisation, « il va être raccourci à 4 chiffres dans quelques semaines », a précisé la ministre. On l'a compris, pour les pouvoirs publics, l'heure est aujourd'hui à l'action car le harcèlement à des répercussions terribles sur la santé.

Troubles psychiatriques, dépression, obésité...
Une étude publiée fin 2013 dans la revue Psychological Science suggère en effet que les enfants souffre-douleur paient encore le prix fort à l’âge adulte. Le suivi de 1 400 personnes âgées de 9 à 26 ans a révélé que les adultes ayant été victimes de harcèlement pendant leur enfance ont six fois plus de risques de souffrir « d’une pathologie grave, d’être un fumeur régulier ou encore de développer un trouble psychiatrique » que ceux qui n’ont pas été des « têtes de turc ». Le risque d’avoir une maladie sexuellement transmissible est lui plus que doublé. La probabilité de souffrir d’obésité est quant à elle augmentée de 56 %. Pire encore, l'harcèlement à l'école peut pousser le jeune à la dépression, voire au suicide. Il existe cependant des moyens d'aider ces enfants en souffrance pour éviter de tels drames. 

Ecoutez le Dr Frédéric Kochman, pédopsychiatre à la Clinique Lautréamont de Loos : « Dans ma clinique pour adolescents, le quart des patients sont là pour tentatives de suicide. La plupart sont victimes de harcèlement à l'école. »


Les signes annonciateurs
Interrogé par Pourquoi Docteur, le Dr Frédéric Kochman, pédopsychiatre à la Clinique Lautréamont de Loos (Nord), confie qu'il est possible de repérer lorsqu'un jeune est maltraité à l'école : « En général, les proches voient le jeune changer de comportement, de caractère. Il va commencer à se mettre en retrait et à devenir très nerveux. Souvent, les résultats scolaires chutent pendant cette période, poursuit ce spécialiste. L'alerte peut aussi passer par des signes de scarification cachés par l'enfant qui expriment sa souffrance. Mais le problème, c'est que la plupart du temps les jeunes n'en parlent pas aux parents. 1/3 seulement des collégiens vont se confier à un proche. Et pour eux, il faut à tout prix intervenir avant que le mal se chronicise. »

La communication parents/enfants essentielle
Pour y parvenir, les pédopsychiatres conseillent aux parents d'ouvrir régulièrement le canal de communication avec leur enfant. Cela peut être à l'occasion de la sortie d'un nouveau site internet d'aide aux enfants ou lorsque le ministère de l'Education annonce son plan de lutte contre le harcèlement. « Et vous les enfants, vous sentez-vous concernés par la maltraitance en milieu scolaire », est une question qui ne faut pas hésiter à poser. Une autre peut être : « vous sentez-vous en sécurité dans votre vie. » 
A ce titre le Dr Kochman rappelle qu'une étude américaine a récemment montré que les parents passent en moyenne 7 minutes par jour avec chacun de leur enfant pour discuter. « On pense connaître nos enfants, mais en fait, on les connaît très mal », ajoute-t-il.

La méthode "Olweus" réduit de moitié les harcèlements
S'agissant du rôle de l'enseignant que veut renforcer Najat Vallaud-Belkacem, « il est essentiel, selon le Dr Kochman. Il y a des preuves scientifiques de cela », martèle-t-il. Il cite à ce titre les programmes concluants du Pr Dan Olweus de l'Université de Bergen (Norvège), premier théoricien du "school bullying".
« Dans différents pays (Espagne, Norvège, Suisse, Canada, Etats-Unis), ce psychologue a mis en place un projet d'école où les enseignants se réunissent, mettent en place une sorte de comité anti-harcèlement scolaire, font des exposés avec les élèves, et nomment des personnes référents que les jeunes peuvent aller voir s'ils sont harcelés. A partir du moment où les enseignants ont été formés à l'harcèlement scolaire, c'est efficace. Dans ces écoles, la méthode Olweus montre qu'il y a eu une baisse de moitié des harcèlement scolaires. »

Ecoutez le Dr Frédéric Kochman : « Dans les programmes "Olweus" les enfants sentent qu'ils ne sont pas livrés à eux-mêmes et que l'école est vigilante face au harcèlement...»


La cyberviolence prolonge la maltraitance scolaire
Par ailleurs, un collégien sur cinq est concerné par la cyberviolence, selon la deuxième édition de l’enquête nationale de victimation et de climat scolaire. « Elle est le prolongement de la maltraitance dans 80 % des cas », a calculé le Dr Frédéric Kochman. « Face à cette situation, il faut dire aux ados de reprivatiser leur compte Facebook en le rendant uniquement accessible à ses vrais amis. Ils doivent supprimer tous les gens qu'ils ne connaissent pas pour en finir avec les amis des amis qui démultiplient l'effet de la souffrance causée par les harcèlements. Moi je leur conseille souvent d'en profiter pour priviliégier la qualité plutôt que la quantité d'amis », conclut le pédopsychiatre.   

Ecoutez le Dr Frédéric Kochman : « Les jeunes harcelés aujourd'hui, dans la majorité des cas se font pourrir sur Facebook par des centaines de leurs soi-disant amis...»


 








Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité