Publicité

QUESTION D'ACTU

1 heure de vol = 20 minutes de cabine UV

Mélanome : pourquoi les pilotes de ligne doivent se mettre de la crème solaire

Les vitres des cockpits ne protègent des rayons UV les pilotes de ligne, qui sont exposés à des risques accrus de cancer de la peau.

Mélanome : pourquoi les pilotes de ligne doivent se mettre de la crème solaire Kalousek Rotislav/AP/SIPA

  • Publié 18.12.2014 à 18h20
  • |
  • |
  • |
  • |


Flotter au milieu des nuages a un prix. En vol, les pilotes de ligne sont particulièrement exposés aux rayons UV, selon une étude publiée dans le JAMA Dermatology. Les risques qu’ils développent un cancer de la peau sont multipliés par deux.

Des UV particulièrement puissants
En septembre, une étude avait déjà signalé la présence anormale de mélanomes parmi les pilotes et hôtesses de l’air. Une analyse portant sur 266 000 personnes montrait une association entre le fait de travailler dans un avion et les risques de développer cette forme rare de cancer de la peau.

Mais les chercheurs n’étaient pas parvenus à comprendre la raison exacte de ce constat. Dans leurs conclusions, ils notaient simplement que la plupart des avions de ligne volent à 9 000 m, hauteur à laquelle « les niveaux de rayonnements ultraviolets sont approximativement deux fois plus élevés qu’au sol ». Les nuages étaient aussi pointés du doigt, puisqu’ils peuvent renvoyer jusqu’à 85 % des rayons UV vers l’espace. Les scientifiques en avaient conclu que ces UV, particulièrement puissants, traversaient le vitrage de l’avion.

Les pare-brise, non protecteurs
Et ils n’avaient pas tort. Dans cette nouvelle étude, les chercheurs expliquent un peu mieux cette exposition. « Les pilotes de ligne reçoivent autant de radiations que dans une cabine UV, car les pare-brise du cockpit ne bloquent pas complètement ces rayons », expliquent-ils. Ces pare-brise sont généralement conçus à partir de plastique polycarbonate ou de verre composite multicouche.

Pour étayer leurs affirmations, les auteurs de l’étude sont montés à bord d’un avion à turbopropulseur. Ils ont mesuré, sur le tarmac et en altitude, les doses de radiations reçues au niveau du siège du pilote. De retour sur la terre ferme, ils se sont rendus dans des salons de bronzage pour comparer les données.

Avion ou salon UV : même exposition
Et les résultats sont éloquents. Voler une heure à 9000 mètres d’altitude revient à passer 20 minutes dans un cabinet UV. Les niveaux d’exposition grimpent lorsque les pilotes survolent des couches de nuages épais ou des champs de neige, qui réfléchissent les rayons.

« Nous recommandons fortement aux membres du personnel aérien de se protéger avec de la crème solaire avant d’embarquer, conseillent les auteurs. Des examens dermatologiques réguliers s’imposent. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité