Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude de l'Irdes

Psychiatrie : des hospitalisations de plus d'un an pas toujours justifiées

L’hospitalisation au long cours représente un quart des journées d’hospitalisation mais aussi un quart des lits. « Un poids majeur dans les ressources, l’activité, et l’organisation des soins », selon l'Irdes.

Psychiatrie : des hospitalisations de plus d'un an pas toujours justifiées MULLER FREDDY/SIPA

  • Publié 11.12.2014 à 19h00
  • |
  • |
  • |
  • |


En France, le secteur de la psychiatrie a mis en place depuis les années 1960-1970 une politique de "désinstitutionnalisation", ayant pour but de faire sortir plus rapidement les malades des hôpitaux et de leur donner accès à des soins de proximité, ouverts, dans la ville. Des années après, une nouvelle étude de l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes) fait le bilan. Certes, les portes des hôpitaux psy se sont ouvertes. En 2011, 77 % des patients suivis en psychiatrie dans les établissements l’ont été exclusivement en ambulatoire, et la durée moyenne des séjours d’hospitalisation dans l’année atteint 53 jours. « C'est deux fois moins qu’en 1980 » se félicitent les auteurs. Mais, la réforme de la "désinstitutionnalisation" n'est pas achevée.

 
Un quart des journées d’hospitalisation
Résultat, en 2011, l’hospitalisation au long cours - c'est à dire de plus d'un an - concerne encore 12 700 patients, soit 0,8 % des patients pris en charge dans les établissements ayant une autorisation en psychiatrie, rapportent les auteurs. Ces séjours représentent en revanche un quart des journées d’hospitalisation mais aussi un quart des lits, « un poids majeur dans les ressources, l’activité, et l’organisation des soins. »
« Quand une indication thérapeutique ne l’impose pas et dans un contexte tant de réduction des capacités d’hospitalisation que de durée moyenne de séjour et de développement des soins ambulatoires en psychiatrie, le maintien prolongé à l’hôpital interroge », est-il écrit dans le rapport.
Surtout qu'un grand nombre de ces hospitalisations longues en psychiatrie sont jugées médicalement inadéquates. Si certains malades restent plus d'un an dans un hôpital psychiatrique, ce n'est en effet pas forcément parce que leur santé l'exige mais plutôt à cause du « cloisonnement entre le sanitaire et le social et de l’absence de réponses médico-sociales adaptées, » indiquent les rapporteurs.


De fortes disparités régionales 
Les chercheurs de l'Irdes apportent une autre preuve de l'inadéquation de ces longs séjours : les taux de recours à l’hospitalisation longue en psychiatrie varient de façon très importante selons les territoires. De 2,2 en Alpes-de-Haute-Provence à 68 pour 100 000 habitants en Haute-Saône, « soit un rapport de 1 à 30 », chiffrent les auteurs.
De telles disparités ne peuvent s'expliquer par des prévalences de maladies psychiatriques plus lourdes dans une région que dans une autre. En fait, elles sont liées à l’offre de soins hospitalière spécialisée et à la densité de lits en hospitalisation temps plein. « Une moindre contrainte sur la gestion des lits peut créer des conditions peu incitatives à la sortie des patients », expliquent-ils. 
A contrario, dans les secteurs où les capacités d’hospitalisation en psychiatrie sont plus réduites, les équipes soignantes auront « tout intérêt à favoriser la fluidité des parcours et à éviter les séjours prolongés », conclut le rapport.




 




 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité