Publicité

QUESTION D'ACTU

Cancers de la vessie et de la thyroïde

Le cancer d’un docker reconnu comme maladie professionnelle

Il est décédé en 2011, mais son combat a payé. Les cancers de la vessie et de la thyroïde d’un ancien docker nantais ont été reconnus comme des maladies professionnelles.

Le cancer d’un docker reconnu comme maladie professionnelle EVRARD J/SIPA

  • Publié 10.12.2014 à 16h21
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est une victoire pour les dockers. Le Tribunal des affaires de Sécurité sociale (Tass) de Nantes (Loire-Atlantique) a reconnu l’origine professionnelle des cancers d’un ancien docker, Jean-Luc Chagnolleau. Décédé en septembre 2011 de cancers de la vessie et de la thyroïde, l’homme avait engagé une procédure dès 2007. Cette première reconnaissance devrait faire jurisprudence.

 

Préserver la santé des dockers

L’affaire commence en 2007 lorsque Jean-Luc Chagnolleau demande que ses cancers de la vessie et de la thyroïde soient reconnus comme ayant une origine professionnelle. Le dossier traîne. En 2011, l’ancien docker décède. Sa famille porte alors le dossier au Tass de Nantes. Trois ans plus tard, elle obtient gain de cause : l’exposition aux poussières et aux produits toxiques et cancérigènes « a eu un rôle causal direct et essentiel dans la survenance de ses pathologies », conclut le juge. 

 

Les différents produits agricoles manipulés par les dockers sont chargés en fongicides et pesticides, dont les méfaits sur la santé sont reconnus. « C’est une décision qui va faire jurisprudence », s’est réjouit Serge Doussin, président de l’Association pour la protection de la santé au travail des métiers portuaires au micro de l’AFP. « Maintenant qu’il y a une reconnaissance, notre souci c’est que la santé des dockers et portuaires soit préservée. »

 

19 cancers reconnus

C’est bien la première fois qu’un cancer d’origine professionnelle est reconnu dans la profession de docker. Dans le tableau des maladies professionnelles, 19 formes de cancers sont pourtant inscrites. « Parmi les différents types de cancers ayant une origine professionnelle, ceux des voies respiratoires sont les plus fréquents », précise le site de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS).

 Viennent ensuite les cancers ORL, les leucémies, les cancers de la vessie, de la peau ainsi que ceux du foie et de la plèvre. »

 

Exemple d’origines professionnelles reconnues dans le cancer du poumon.

Source : Tableau des maladies professionnelles

 

Mais ces cancers sont associés à des expositions précises plus qu’à des professions. Ainsi, l’amiante est identifié comme responsable de 5 à 7 % des cancers du poumon, mais aussi du mésothéliome ( qui affecte la plèvre, le péritoine et le péricarde). Parmi les risques professionnels les plus courants figurent les rayonnements ionisants ou ultraviolets, les substances chimiques, les champs électromagnétiques, les agents biologiques… mais aussi le travail de nuit. Quant aux activités professionnelles, les métiers de l’agriculture, du BTP ou de la métallurgie sont, entre autres professions, reconnus comme augmentant le risque de cancer.

 

Regardez le spot de prévention de l’INRS :

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité