Publicité

QUESTION D'ACTU

Traces d'une mutation génétique

Suicide : un test sanguin pour détecter les personnes à risque

Réaliser un test sanguin pour identifier les personnes qui risquent de mettre fin à leurs jours. C’est ce que proposent des chercheurs qui ont découvert une mutation génétique.

Suicide : un test sanguin pour détecter les personnes à risque SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 31.07.2014 à 14h45
  • |
  • |
  • |
  • |


« Nous pensons que nous pourrons contrôler le sang pour identifier les personnes à risque de suicide. » Le Dr Zachary Kaminsky, de l’Université Johns Hopkins à Baltimore (Maryland, Etats-Unis) décrit en ces termes sa dernière découverte : un gène sous-exprimé dans le sang des personnes qui ont des pensées suicidaires. Il détaille dans l’American Journal of Psychiatry la piste encourageante d’un test sanguin pour identifier les personnes à risque.

 

Un gène muté

« Le suicide est un problème de santé publique majeur et évitable, mais nos efforts pour le prévenir ont toujours été contrecarrés par l’impossibilité de prédire qui risque de mettre fin à ses jours », analyse le Dr Kaminsky. Dans cette optique, son équipe a souhaité trouver des traces génétiques de l’état d’esprit suicidaire. En examinant des échantillons sanguins, les chercheurs ont mis en évidence la mutation d’un gène particulier, le SKA2. 

 

Ce gène s’exprime dans le cortex préfrontal, une aire du cerveau qui inhibe les pensées négatives et contrôle les comportements impulsifs. Le gène SKA2, lui, gère les récepteurs des hormones du stress. Lorsqu’on examine le sang des personnes qui ont des pensées suicidaires, on observe de faibles niveaux d’expression du gène. Mais surtout, le gène est légèrement modifié et ne fonctionne plus aussi bien. Le cerveau réagit donc de manière plus extrême aux facteurs de stress.

 

96 % de précision chez les jeunes

Comme cette mutation épigénétique laisse des traces dans le sang, les chercheurs ont mis au point un test qui permet de la traquer. « Avec un test comme le nôtre, nous serons peut-être capables de réduire les taux de suicide en identifiant ces personnes à risque, et en intervenant suffisamment tôt pour éviter la catastrophe », estime le Dr Zachary Kaminsky. Son équipe a donc réalisé des tests sur des personnes saines et malades. La précision de la méthode atteint les 80 %, et plafonne à 96 % chez les patients les plus jeunes. 

 

D’autres études, sur des populations plus larges, seront nécessaires. Mais les chercheurs ont bon espoir que le test devienne un outil de première ligne dans la prévention du suicide. Il permettrait ainsi d’adapter les thérapies. Le Dr Kaminsky estime même qu’il pourrait servir à identifier les personnes vulnérables parmi les candidats au service militaire.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité