Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude sur la souris

Alimentation : l’arsenic est cancérigène même à faible dose

Chez la souris mâle, l’exposition à des doses très faibles d’arsenic augmente le nombre de tumeurs bénignes ou malignes. Les doses testées sont comparables à celles que reçoit l’homme.

Alimentation : l’arsenic est cancérigène même à faible dose Jesse Rockwell/REX/REX/SIPA

  • Publié 09.07.2014 à 17h15
  • |
  • |
  • |
  • |


L’arsenic est toxique dès les plus faibles doses. Une étude parue dans l’édition de juillet de la revue Archives of Toxicology démontre les effets cancérigènes de cet élément chez les souris mâles. Elles développent plus de tumeurs bénignes et malignes aux poumons.

 

Tumeurs bénignes chez la femelle

Dans le cadre de cette étude, les rongeurs ont été exposés à différents niveaux d’arsenic inorganique : 50 parties par milliard (ppb), 500 et 5 000. L’objectif était de reproduire les niveaux auxquels les êtres humains sont exposés. De l’arsenic a été administré aux souris via leurs eaux de boisson, trois semaines avant leur reproduction puis au cours de la grossesse et l’allaitement. Les souriceaux ont subi le même traitement lorsqu’ils ont été sevrés et tout au long de l’âge adulte. Dans le même temps, les chercheurs ont observé l’apparition et l’évolution de tumeurs.

 

Plus de la moitié des souriceaux mâles ont développé davantage de tumeurs pulmonaires bénignes et malignes lorsqu’ils étaient exposés à 50 ou 500 ppb d’arsenic. Chez les souris femelles, on observe une hausse du nombre de tumeurs bénignes uniquement. Dans le groupe des rongeurs exposés à 5 000 ppb d’arsenic, étonnamment, aucune hausse significative n’apparaît.

 

Une exposition surtout alimentaire

En France, l’exposition à l’arsenic est limitée. Depuis 1973, les herbicides arsenicaux sont interdits. Cela a permis de réduire l’exposition via les produits agricoles. Depuis 2003, la dose d’arsenic présente dans les eaux destinées à la consommation humaine ne peuvent pas dépasser 10 µg/L. Malgré tout, selon un rapport de l’Agence de sécurité sanitaire (Anses), les adultes sont exposés à cet élément toxique via l’eau potable et le café, les enfants via l’eau potable, le lait et les boissons sans alcool. On en retrouve également dans certains poissons et aliments issus de l’agriculture - notamment le riz.

 

L’arsenic inorganique, ici étudié, est connu pour ses effets cancérigènes sur l’homme dès les doses les plus faibles. C’est un cancérogène avéré depuis 1980, selon les critères du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC). Inhalé ou absorbé par l’eau, il est à l’origine de cancers du poumon, de la peau et de la vessie. Le plus souvent, l’arsenic est ingéré via l’eau ou l’alimentation. Une contamination environnementale est également possible dans plusieurs régions françaises où l’élément est très concentré dans le sous-sol : Massif-Central, Vosges et Alpes.

« Même s’il ne s’agit que d’une seule étude, elle s’ajoute à un ensemble de preuves de plus en plus consistant qui montre les effets néfastes sur la santé d’une exposition très faible à l’arsenic; cela suggère qu’aucun niveau d’arsenic ne semble être sûr », conclut le Dr Linda Birnbaum, directrice du National Institute of Environmental Health Sciences.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité