Publicité

QUESTION D'ACTU

Méta-analyse

Alimentation : plus de protéines, moins d’AVC

Consommer davantage de protéines est corrélé avec un risque de faire un AVC moindre, mais c’est aussi l’origine de l’apport protéique qui compte dans ces bénéfiques.

Alimentation : plus de protéines, moins  d’AVC Martin Lee / Rex Featur/REX/SIPA

  • Publié 15.06.2014 à 15h31
  • |
  • |
  • |
  • |


Une méta-analyse a relevé que les personnes qui avaient un risque moins élevé de faire un accident vasculaire cérébral (AVC), avaient également reçu l’apport en protéines le plus conséquent. En effet, les personnes qui avaient mangé le plus de protéines – tout en restant dans des proportions raisonnables – ont eu un risque diminué de 20 % de faire un AVC par rapport à celles qui en avaient mangé moins. De plus, un apport supplémentaire de 20 grammes de protéines par jour était associé à un risque diminué d’AVC de 26 %.


D’autres investigations nécessaires

La méta-analyse a été conduite par des membres de l’Université de médecine de Nanjing, en Chine, sur des études menées pendant 10 à 18 ans aux Etats-Unis, au Japon, en Suède. Les auteurs ont souligné que de plus amples essais randomisés, nécessaires pour examiner directement la relation entre la prise de protéines et le risque d’attaque, n’ont pas été conduits. Par ailleurs, des études expérimentales supplémentaires sont nécessaires pour confirmer les effets bénéfiques de la prise de protéines.


Moins de graisses saturées

Dana Martini, psychiatre américaine qui a commenté l’étude, a indiqué que « la clef est de déterminer quelle est la source des protéines. Est-ce de la viande rouge, du poisson, un légume ? » Le ratio de graisses par rapport aux protéines est à considérer, selon elle. En effet, l’important est de s’assurer que la proportion de graisses mono-insaturées (aliments végétaux tels que l’avocat, les huiles végétales…) est plus élevée que la proportion de graisses saturées (majoritairement les produits d’origine animale).

De leur côté, les auteurs de l’étude concluent en disant que déterminer un régime de prévention des attaques cardiaques est aussi complexe que le sont les divers régimes alimentaires des hommes » à travers le monde. Par ailleurs, les auteurs stipulent qu’aujourd’hui, « il paraît incomplet de se focaliser uniquement sur l’apport protéique » en ce qui concerne la réduction du risque d’AVC. Le régime alimentaire est à considérer dans son ensemble…

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité