Publicité

QUESTION D'ACTU

Selon le ministre des Affaires étrangères guinéen

Fièvre Ebola : la Guinée annonce que l'épidémie est maîtrisée

La fièvre Ebola semble maîtrisée en Guinée. En France, le Haut conseil de la santé publique vient de publier des recommandations de l'HCSP, qui précise la conduite à tenir autour de cas suspects.   

Fièvre Ebola : la Guinée annonce que l'épidémie est maîtrisée Pascale Zintzen/AP/SIPA

  • Publié 15.04.2014 à 13h27
  • |
  • |
  • |
  • |


L'épidémie de fièvre Ebola, qui a fait plus de 100 morts en Guinée depuis début janvier, serait «  sous contrôle  », selon le ministre des affaires étrangères guinéen François Fall. « Nous avons même réussi à guérir quelques-uns des malades atteints. La Guinée a bénéficié de l'aide de la communauté internationale pour arrêter la propagation de l'épidémie », a-t-il déclaré. 

Pour venir en aide aux pays touchés par le virus, la Guinée principalement, mais également trois pays voisins, le Sierra Leone, le Liberia et le Mali, de nombreuses organisations internationales humanitaires se sont mobilisées dans la prévention et la lutte contre cette épidémie qui touche l'Afrique de l'Ouest.

Les mesures strictes prises en Guinée pour empêcher l'expansion de la maladie commencent donc à porter leurs fruits. Aucun vaccin ou traitement scientifique n'existant à ce jour, le seul moyen efficace de prévenir l'infection est en effet de respecter des mesures de protection. En Guinée, des contrôles sanitaires spécifiques pour toute personne entrant ou sortant du territoire ont été effectués.


Des recommandations pour la France
En France, le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a livré des recommandations sur la conduite à tenir autour des cas suspects de fièvre Ebola, et ce à la demande du ministère de la Santé. Le HCSP précise que le virus se transmet d'homme à homme, soit par contact direct avec tout fluide corporel de personnes infectées (sang, fluides biologiques, larmes, salive, sperme, sueur, lait maternel), soit par exposition directe à des objets telle qu'une aiguille contaminée, soit éventuellement par la voix de l'air, en cas d'atteinte pulmonaire. «  La dose infectieuse n’est pas précisément connue, même si l’on peut considérer qu’un nombre infime de particules virales suffisent pour infecter un individu. »

Le HCSP a souligné que les «  personnels de santé et de laboratoire étaient un groupe particulièrement à risque  », et qu'il était donc nécessaire de renforcer leur protection.

 
Les 1ers signes qui doivent alerter

Le temps d'incubation varie de 3 à 21 jours. Dans la forme habituelle, la maladie débute brutalement par un syndrome pseudo-grippal (fièvre, myalgies, arthralgies, céphalées) et une profonde asthénie psychomotrice. 3-4 jours plus tard apparaissent d’autres signes cliniques cutanéo-muqueux (conjonctivite, dysphagie...) et digestifs (diarrhée, vomissements).

L’évolution initiale peut être continue avec une altération progressive de l’état général ou biphasique. La phase terminale est marquée par des signes neurologiques d’encéphalite et des signes hémorragiques. Dans les formes hémorragiques, le décès survient dans 80 % des cas en moyenne 8 jours après l’apparition de la fièvre. Sinon la guérison est sans séquelle mais la convalescence longue.


Masque chirurgical, pyjama à usage unique...

En cas de suspicion de fièvre hémorragique à l'Ebola, l'ARS doit être informée dans les plus brefs délais. Si une personne a séjourné dans un des pays où le virus Ebola circule et qu’elle ne présente aucun symptôme, il est recommandé que cette personne surveille quotidiennement sa température. 

Le HCSP a détaillé les mesures standard d'hygiène qui doivent être prises pour les patients suspects. En cabinet de ville par exemple, le patient devra porter un masque chirurgical, et le praticien devra faire l'usage d'une friction hydro-alcoolique pour l’hygiène des mains et compléter cette hygiène des mains par le port de gants, d’appareil de protection respiratoire (APR) de type FFP2 ou à défaut un masque chirurgical, changé après au maximum 3 ou 4 heures.

Dans un établissement des soins, le patient devra porter un pyjama à usage unique et un masque chirurgical. Les patients devront quant à eux porter un appareil de protection respiratoire(APR) de type FFP2, des lunettes couvrantes, une paire de gants, une surblouse imperméable, une charlotte et des sur-chaussures, ou une combinaison intégrale. Tous ce matériel devant être à usage unique.

 

 

 
 
 
Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité