Publicité

QUESTION D'ACTU

Avec le liquide de recharge

E-cigarettes : 1400 cas d'empoisonnement aux Etats-Unis

Les empoisonnements causés par le e-liquide s’accumulent outre-Atlantique. En France, bien que la réglementation circonscrive une majorité d’accidents, de premiers cas ont été rapportés.

E-cigarettes : 1400 cas d'empoisonnement aux Etats-Unis MCT/SIPAUSA/SIPA

  • Publié 29.03.2014 à 17h37
  • |
  • |
  • |
  • |


Les données manquent encore en ce qui concerne l’évaluation des dangers que peuvent faire encourir les cigarettes électroniques. Cependant, il en est un qui est dorénavant clairement identifié : le liquide qui est contenu dans lesdites cigarettes peut occasionner des empoisonnements. Pour l’année passée aux Etats-Unis, 1414 intoxications accidentelles ont ainsi été recensées et 2014 compte déjà 651 cas, selon Sciences et Avenir. Les effets secondaires principaux sont des nausées et des vomissements. Du côté de la France, le toxicologue du centre antipoison de Paris, Antoine Villa, a rapporté au micro d'Europe 1 « plus de 50 appels par mois de consommateurs paniqués après avoir ingurgité du produit ». « Des adultes jeunes, entre 20 et 40 ans, appellent pour des projections oculaires ou de l'ingestion de e-liquide », a-t-il complété.


Une réglementation plus protectrice en Europe 

Le nombre élevé de cas, outre le fait que les Américains sont près de cinq fois plus nombreux que les Français, s’explique essentiellement par les différences de réglementation qui existent entre la France et les Etats-Unis. En effet, la France et depuis décembre 2013 l’Europe ont imposé une limite du dosage de la nicotine dans les cigarettes électroniques : pour être en vente libre, elles doivent avoir une concentration en nicotine de moins de 20 milligrammes par millilitre. La capacité maximale des cartouches est par ailleurs fixée à 2ml. Enfin, elles ne peuvent être vendues aux mineurs. Les Etats-Unis, eux, n’ont pas statué sur ces critères mais l’Autorité américaine de la santé a déclaré qu’une réglementation verrait bientôt le jour.


Dangers accrus pour les enfants

Selon le New York Times, l’ingestion de l’équivalent d’une cuillère à café du e-liquide pourrait être fatal chez les enfants. Un élément qui doit retenir l’attention lorsque l’on sait que le e-liquide présente un aspect coloré qui peut être attractif ainsi que différents goûts notamment de bonbons qui peuvent attirer les plus jeunes. En 2011, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) mentionnait déjà que « même lorsqu’ils sont limités à 2%, les e-liquides peuvent contenir des quantités de nicotine susceptibles d'entraîner une exposition cutanée ou orale accidentelle, avec des effets indésirables graves, notamment chez les enfants ». L’OMS renseigne de son côté que des doses égales ou supérieures à 0,8 mg/kg sont mortelles pour eux. La conduite à tenir est donc de tenir hors de portée des enfants les recharges de cigarettes électroniques. Elles doivent être considérées avec les mêmes précautions que des médicaments.


Même conduite pour les patchs et substituts nicotiniques

Les précautions à envisager avec les e-liquides ne sont pas sans rappeler l’alerte que la revue Prescrire avait lancée concernant les substituts nicotiniques, au mois de janvier 2014. Elle avait notamment relevé que l’emballage coloré de ces substituts et leurs arômes fruités pouvaient amener les plus jeunes à les confondre avec des bonbons. Et de rappeler ainsi qu’entre 2000 et 2010, les centres anti-poison français ont dû prendre en charge 318 enfants de moins de 10 ans ainsi exposés à la nicotine. Pour 62 d’entres eux, dont 2 sur 3 étaient des enfants de moins de 4 ans, il s’agissait d’une véritable intoxication à la nicotine, intoxication accidentelle due à l’ingestion de gommes à mâcher ou de comprimés principalement. Les patchs, confondus par les enfants avec des pansements, peuvent également entraîner une intoxication, d’autant qu’ils contiennent encore beaucoup de nicotine même une fois usagé.


Rappelons que s’ils peuvent être très sérieux, ces événements restent cependant rares. Un seul cas d'intoxication mortelle chez l'enfant a été rapporté dans le monde ; une petite fille israélienne de deux ans qui aurait avalé le contenu d'une recharge laissée sur une table de nuit d’après The Times of Israel.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité