Publicité

QUESTION D'ACTU

Maladie coronaire stable

Infarctus : la mortalité revient à la normale au bout de 2 ans

Deux ans après un infarctus du myocarde, les risques de mortalité sont les mêmes que pour la population générale. C'est ce qu'affirme une étude publiée par The American Journal of Cardiology.

Infarctus : la mortalité revient à la normale au bout de 2 ans John rowley/Mood Boar/REX/SIPA

  • Publié 21.03.2014 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Un infarctus est souvent un coup de tonnerre dans une vie. Il y a un avant et un après. Pourtant, les études se succèdent pour montrer que le pronostic des patients victimes d'une crise cardiaque se cessent de s'améliorer. La dernière en date parue dans l'American Journal of cardiology est une étude française qui démontre qu'avoir une maladie coronaire stable ne réduit pas l'espérance de vie.

Un nombre de décès normal

A ce jour, peu de chiffres existaient quant au pronostic à moyen terme des personnes ayant une maladie coronaire stable. C’est pourquoi le Dr Christophe Bauters a mené une étude auprès de 4184 patients coronariens stables, c'est-à-dire des personnes ayant eu un infarctus, ou un pontage, une pose de stent il y a plus d'un an, ou encore des personnes dont 50% des artères étaient encrassées mais qui n'avaient pas subi d'intervention chirurgicale.


La seconde phase de l’étude a consisté en un suivi des patients pendant deux ans. Sur les 4184 patients de la cohorte, uniquement 271 décès sont survenus. Après avoir comparé ce résultat avec les chiffres de mortalité dans le Nord/Pas-de-Calais, il s'est avéré que les patients ayant une maladie coronaire stable ne se distinguait de la population générale.


Peu de décès pour cause de problèmes cardiovasculaires

L’autre leçon que l’on retient de cette étude, c’est que les décès ne sont quasiment jamais liés à une cause cardiovasculaire. Sur 1000 patients, 18 sont morts de complications dues à un problème cardiovasculaire. Et parmi eux, la première cause de mortalité est l’insuffisance cardiaque. Les chercheurs ont même noté que les causes de décès liées à un problème vasculaire étaient moins importantes que les autres. Sur 1000 patients, 2 sont morts d’un AVC et 1 d’un infarctus du myocarde.

Les traitements bénéficient aux patients

Ces résultat sont évidemment dus en grande partie au traitement dont bénéficiaient ces patients. En effet, un très grand nombre avat un traitement de prévention secondaire : 99,3% des patients prenaient des anti-thrombotiques, 79,4% un bêtabloquant et 92,2% une statine. Les traitements de l'infarctus en phase aiguë ont eux aussi fait de gros progrès puisque pour les 100 000 Français victimes chaque année d'un infarctus, le taux de mortalité a été divisé par 3. Il est passé de 13% à 4 % entre 1995 et 2010. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité