Publicité

QUESTION D'ACTU

Par rapport aux recommandations officielles

70% des enfants consommeraient trop de sel

Les enfants et les ados dépassent les quantités de sel journalières recommandées selon une récente étude. Certains experts craignent des conséquences pour leur santé à long terme.  

70% des enfants consommeraient trop de sel West Coast Surfer / Moo/REX/SIPA

  • Publié 11.03.2014 à 07h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors que chez les adultes une forte consommation de sel est associée à un risque de souffrir d’hypertension artérielle, qu’en est-il en ce qui concerne les enfants ? Consomment-ils réellement trop de sel et surtout quels sont les risques pour leur santé ? Une étude britannique parue ce lundi dans la revue de la société américaine de cardiologie Hypertension vient justement de s’intéresser uniquement aux habitudes alimentaires des enfants. Réalisée sur 340 jeunes londoniens âgés de 5 à 17 ans, les auteurs de ce travail ont notamment analysé précisément les échantillons urinaires sur 24h de ces volontaires. Par ailleurs, les participants ou leurs parents ont également tenu un journal alimentaire détaillé et pris des photos de tous les aliments et boissons avant leur consommation ainsi que des éventuels restes lorsque les enfants ne terminaient pas leur assiette.

 

Attention au pain et produits céréaliers

Au final, entre 5 et 6 ans les enfants de cette étude consommaient en moyenne 3,75 g de sel par jour, alors qu’il est recommandé que la quantité maximale soit de 3g. Entre 8 et 9 ans, les participants consommaient quotidiennement 4,72 g de sel contre les 4 g recommandés dans cette tranche d’âge. Enfin dans cette expérience, les 13/17 ans ingéraient plus de 2g de sel en trop par rapport à ce qui est préconisé dans cette population. Globalement, les auteurs concluent que 70% des enfants, toutes tranches d’âge confondues, dépassent par conséquence les doses de sel conseillées et principalement les garçons. Par ailleurs, cette étude montre que les sources principales de sel dans l'alimentation de ces enfants étaient le pain et les produits céréaliers (36%), suivis par les produits à base de viande (19 %) et le lait et les produits laitiers (11%). Et la Grande-Bretagne ne ferait pas exception. En France également, plusieurs enquêtes ont déjà mis en évidence que chez les enfants 3 à 15 ans, la consommation de sel était très souvent supérieure aux besoins réels de leur organisme.

 

Ecoutez Pierre Meneton, chercheur à l’Inserm : « Des données françaises du service de pédiatrie l’hôpital Necker montrent que des enfants entre 3 et 12 mois sont déjà exposés à un excès chronique de sel ».

 

Les experts divisés sur les risques de cette surconsommation

Bien qu’aucune étude n’ait pour le moment montré un lien direct entre une consommation excessive de sel dans l’enfance et la survenue de maladie cardiovasculaire à l’âge adulte comme l’hypertension par exemple, les auteurs de cette étude concluent cependant qu’il est nécessaire de freiner cette surconsommation. Ils citent notamment des travaux ayant montré qu’une consommation importante de sel chez les jeunes peut influer sur les niveaux de pression artérielle à l’adolescence ou à l’âge adulte, même si cela ne prouve pas qu’ils deviennent tous hypertendus. « C’est un principe de précaution, même si on ne dispose pas de preuves formelles, on imagine qu’habituer l’organisme à consommer beaucoup de sel, à terme cela peut engendrer des risques chez les adultes qui garderaient ces habitudes prises dans l’enfance », précise le Pr Michel Krempf, chef du service de Nutrition et Endocrinologie du CHU de Nantes et président du groupe SALT (Sodium Alimentaire Limitons les Taux). Cependant pour d’autres experts, les limites à partir desquelles on peut parler d’excès de sels chez l’enfant sont en réalité difficile à définir.  

 

Ecoutez Pr Patrick Tounian, chef du service de nutrition pédiatrique de l'hôpital Trousseau à Paris : « Un enfant qui n’a pas de prédisposition à l’hypertension peut consommer tout le sel qu’il veut. En revanche, quand il y a des antécédents, c’est différent. Mais il ne faut pas bannir le sel c’est idiot. » 

 

Faut-il chasser le sel des assiettes des enfants ?

Pour les auteurs de cette récente étude, la réponse est oui. Par exemple selon eux, étant donnée que 15% des apports en sels chez les enfants suivis dans cette étude provenaient uniquement du pain, il serait nécessaire que les fabricants réduisent davantage la teneur en sodium dans ces produits. Ils citent notamment une enquête réalisée en 2011 en Grande-Bretagne qui montrait une variation de la teneur en sel pouvant aller du simple au triple en fonction des pains. Par ailleurs, pour pister les excès de sel dans l’assiette des enfants, la plupart des spécialistes préconisent au final d’observer celles des adultes. 

 

Ecoutez Pierre Meneton : « La source principale de sel à environ 80% de l’apport journalier, ce sont les aliments transformés, comme le pain, les viennoiseries et même les céréales du petit-déjeuner. »

 

A l’inverse pour d’autres spécialistes, la chasse au sel n’est pas vraiment un nécessité dans l’enfance, d’autant que ce condiment participe à l’éducation au goût. « Sans vider la salière, pour apprendre la bonne bouffe, il est intéressant de saler raisonnablement la nourriture d’un enfant. Le sel est un rehausseur de goût comme le sucre et fait parti de l’éducation nutritionnelle, précise le Pr Tounian. Y compris chez les moins de 9 mois, alors que certains préconisent actuellement le zéro sel, je ne suis pas d’accord avec cette tendance qui bannit tout sel et tout sucre de l’alimentation des nourrissons sous prétexte qu’on les habituerait. Et ce n’est pas non plus en salant une purée de bébé qu’on va rendre l’enfant hypertendu », conclut-il.    


Traquer le sel dans les assiettes des enfants est, donc, sans doute inutile mais habituer la famille à saler raisonnablement ces aliments ne pourra qu'être bénéfique, aux enfants comme aux adultes.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité