Publicité

QUESTION D'ACTU

A partir de 35 ans

L’ablation des ovaires réduit la mortalité de 77 % chez les femmes à risque

Les femmes porteuses d’une mutation génétique du type BRCA1 devraient subir une ablation préventive des ovaires à partir de 35 ans, selon une large étude internationale.

L’ablation des ovaires réduit la mortalité de 77 % chez les femmes à risque Ronda Churchill/AP/SIPA

  • Publié 25.02.2014 à 16h18
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors que plusieurs études ont déjà montré que l'ovariectomie (ablation des ovaires) préventive réduit les risques de cancers de l'ovaire et du sein chez les femmes ayant une mutation du gène BRCA, tous les spécialistes ne sont pas encore unanimes quant à l’âge idéal auquel il est préférable que ce femmes subissent cette intervention.
De plus, l’impact de cette chirurgie sur la mortalité n’avait pas encore été bien étudié. Une large étude publiée ce mardi dans la revue Journal of Clinical Oncology apporte  des précisions importantes.
Les résultats de cette analyse sont issus d’une cohorte de 5783 femmes avec une mutation du gène BRCA suivies pendant 6 ans en moyenne et chez qui les chercheurs ont évalué l'effet d'une ovariectomie préventive dans la réduction des décès et du risque de cancer des ovaires, des trompes de Fallope ou péritonéal.

 

Une réduction du risque de cancers de 80%

Que ce soit en matière de réduction du risque de mortalité ou de survenue d’un cancer, les résultats de cette étude sont sans appel. Non seulement, l’ablation préventive des ovaires permettrait de sauver de nombreuses vies mais cette étude permet désormais de préciser qu’il faudrait réaliser cette intervention le plus tôt possible à partir de 35 ans chez les femmes porteuses d’une mutation génétique du type BRCA1.
Plus précisément,  cette analyse montre qu’enlever les ovaires en prévention chez les femmes BRCA1 et BRCA2 permet de réduire de 80 % le risque de cancer des ovaires, des trompes et du péritoine, de 77 % le risque de décès toutes causes confondues et de 68 % le risque de décès toutes causes chez les femmes ayant déjà eu un cancer du sein.

 

Une ovariectomie à 35 ans avec BRCA1 et à 40 ans avec BRCA2

«Notre étude soutient l'idée que les femmes porteuses d’une mutation du gène BRCA auront un risque beaucoup plus faible de développer ou de mourir d'un cancer si elles ont une ovariectomie à 35 ans, a déclaré le Dr Steven Narod, principal auteur de l'étude. Si une femme BRCA1 choisit de retarder la chirurgie jusqu'à ces 40 ou 50 ans, son risque de cancer de l'ovaire, des trompes ou du péritoine grimpe respectivement de 4 % et de 14,2 % ».
Selon ce spécialiste, ces données sont si frappantes que l’ovariectomie prophylactique dès 35 ans devrait devenir un standard universel pour les femmes BRCA1.
En revanche, pour les femmes porteuses de la mutation génétique du type BRCA2, les auteurs précisent que le risque de cancer n’est pas aussi important dès 35 ans. Ils recommandent donc qu’elles attendent quelques années supplémentaires, soit à l’âge de 40 ans. Cette intervention n’est pas sans conséquence pour la vie d'une femme puisqu’elle entraîne notamment une ménopause précoce.  

 

Enlever les ovaires protège aussi du cancer du sein

Dans une étude préalable menée sur cette même cohorte internationale de femmes, les résultats ont également montré qu’une ovariectomie réduisait également de 48 % le risque de cancer du sein chez les femmes présentant une mutation du gène BRCA1, et même une fois diagnostiquée, l’ablation des ovaires permettait de réduire le risque de décès par cancer du sein de 70%. « Ces résultats pourraient faire une réelle différence pour les femmes avec des mutations BRCA, ayant des difficultés à prendre une décision pour savoir si et quand subir une ovariectomie prophylactique, a déclaré Don Dizon de la société américaine d’oncologie clinique (ASCO).
Pour celles qui subiront cette intervention chirurgicale tôt dans leur vie, il est important et rassurant de voir qu'elle comporte des avantages durables sur le risque de cancer des ovaires et sur la mortalité » conclut-il. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité