Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude de l’INED

Espérance de vie : les écarts se creusent entre les régions

Le Nord, l’Alsace et la Bretagne sont les régions françaises les plus défavorisées en termes d'espérance de vie. Chez les hommes, ces disparités géographiques s’accentuent depuis les années 90.

Espérance de vie : les écarts se creusent entre les régions GILE MICHEL/SIPA

  • Publié 20.12.2013 à 07h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Naître à Béthune ou à Neuilly ne prédestine ni à la même vie, ni à la même durée de vie. Une étude menée par Magali Barbieri de l’Institut national d’études démographiques montre que les inégalités géographiques en matière de mortalité persistent dans l’Hexagone et s’accroissent même pour la population masculine. Entre 1977 et 2007, la différence d’espérance de vie entre les Hauts-de-Seine et le Pas-de-Calais (les 2 extrémités du classement) est passée de 5,9 à 6 ans chez les hommes et de 4,2 à 3,4 ans chez les femmes. Le Nord, la Bretagne et l’Alsace demeurent les régions les plus défavorisées pour les deux sexes. En revanche, les régions Rhône-Alpes, PACA, l’Ile-de-France, le littoral Atlantique et le Sud-Ouest se distinguent par leur longue espérance de vie à la naissance. Les Pays de la Loire s’illustre, quant à eux, comme la région où l’espérance de vie à la naissance a fait le plus de progrès au cours des 30 dernières années.

 

Espérance de vie à la naissance par département pour chaque sexe, 2006-2008.

 

Source : La mortalité départementale en France, Magali Barbieri, INED - chiffres INSEE.

Pour tenter d’expliciter ces disparités régionales, la démographe s’est penchée sur les causes de décès pour chaque tranche d’âge.

 

Seine-Saint-Denis, Bas-Rhin : forte mortalité infantile

Les taux de mortalité infantile sont le plus élevés dans le département du Bas-Rhin du fait d’anomalies congénitales et en Seine-Saint-Denis, du fait d’affections d’origine périnatale. « Dans la mesure où les décès infantiles se concentrent dans les premiers jours suivant la naissance, on peut se demander si la forte mortalité observée ne résulte pas de problème de suivi pendant la grossesse ou d’un accès plus difficile aux services obstétriques par les femmes concernées », interroge Magali Barbieri.


Aisne, Yonne : accidents de la route et suicides

Chez les jeunes adultes, ce sont les morts violentes par accidents de la route et par suicide qui expliquent les disparités régionales. Les hommes des départements de l’Aisne, l’Yonne, l’Orne, le Vaucluse et dans une moindre mesure la Somme sont les plus durement touchés. « L’ensemble de ces causes associées aux morts violentes reflète la forte prévalence de conduite à risque dans ces populations, traduisant des difficultés d’intégration sociale et économique particulières pour les jeunes hommes de ces départements », analyse la démographe.


Pas-de-Calais, Nord : cancers et maladies cardiovasculaires

Le taux de mortalité toutes causes à 30-59 ans varie du simple au double entre la Haute-Savoie et le Pas-de-Calais. Les plus grandes sources d’inégalités dans cette tranche d’âge sont les cancers (notamment du poumon et du sein) et les maladies cardiovasculaires. Ce sont les départements du Pas-de-Calais, du Nord, du Finistère pour les hommes et des Ardennes pour les femmes ainsi que l’Aisne et la Somme qui paient le plus lourd tribut tandis que la Haute-Savoie et l’Isère sont les plus épargnés.

Cette répartition des inégalités se confirme après 60 ans, avec une prépondérance des cancers dans les facteurs explicatifs masculins et des maladies cardiovasculaires pour les femmes. Les maladies liées à l’alcool et celles du système respiratoire assombrissent encore le tableau dans les départements du Nord.

 

Des disparités régionales qui s’estompent après 80 ans

Si le Nord, la Bretagne et l’Alsace restent les régions de plus forte mortalité chez les personnes très âgées, les maladies cardiovasculaires et Alzheimer tendent à lisser les inégalités entre départements. Une zone se détache à l’inverse pour sa faible mortalité, elle réunit Paris, les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne, les Yvelines et l’Essonne ainsi que les Pays de la Loire et l’ouest de la région Centre pour les femmes. « On peut s’interroger sur le rôle des mesures de prévention mises en place après la vague de chaleur de 2003. Parce que la crise fut particulièrement meurtrière en région parisienne, il est possible que les interventions y aient été d’autant plus effectives et aient contribué à une baisse de la mortalité aux âges élevés plus rapide que dans le reste du pays », écrit Magali Barbieri.

 

Enfin, la démographe souligne qu’en France la situation économique n’explique pas tout des disparités géographiques en matière de mortalité. La Bretagne et le Nord ont ainsi une espérance de vie à la naissance presque aussi basse alors que la pauvreté et le chômage affectent plus fortement le Nord. A l’inverse, le pourtour méditerranéen est lourdement touché par le chômage et les inégalités de revenus mais la durée de vie y est supérieure à la moyenne nationale, probablement du fait d’un régime alimentaire plus protecteur.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité