Publicité

QUESTION D'ACTU

Une étude sur plus de 25 000 personnes

AVC : l'apnée du sommeil double le risque

Les gros ronfleurs seraient deux fois plus à risque d’être victimes d’un AVC. Selon une étude chinoise, ils seraient aussi 80% plus susceptibles d’avoir une maladie cardiaque.  

AVC : l'apnée du sommeil double le risque CHAT/REX FEATURES/SIPA

  • Publié 08.12.2013 à 11h51
  • |
  • |
  • |
  • |


L'association entre le syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) et l'apparition d’une maladie cardiovasculaire a déjà été examinée dans de nombreuses études. Cependant, leurs résultats ne sont pas entièrement uniformes. A partir de ce constat, une équipe de scientifiques de l'Université du Shandong en Chine a donc tenté de rassembler les données de 12 études publiées sur le sujet afin d’évaluer le risque cardiovasculaire plus précisément.

 

L’apnée du sommeil sévère double le risque d’AVC

Pour mener à bien leur analyse publiée dans l’International Journal of Cardiology, ces scientifiques chinois ont donc mis en commun les résultats de 12 études compilant ainsi les données de plus de 25 000 personnes atteintes d’apnée du sommeil. Résultat, chez les participant souffrant d’apnée du sommeil sévère, le risque d’être victime d’un AVC fatal ou non serait multiplié par deux par rapport à la population générale non atteinte par ce syndrome. Et ce constat alarmant concerne également le risque cardiovasculaire de façon plus globale, puisque cette équipe met également en évidence le fait que les individus souffrant d’un SAOS important serait également 80% plus susceptibles d’être atteints par une maladie cardiovasculaire. Par ailleurs, cette étude montre également le SAOS sévère augmente significativement la mortalité toutes causes confondues.

 

6 patients sur 10 atteints de SAOS ne soignent pas

Malgré les risques désormais de plus en plus connus de l’apnée du sommeil, selon une étude OpinionWay pour la société Oniris, les patients apnéiques ou ronfleurs sont actuellement très nombreux à ne pas se soigner. Selon ce sondage, ceux qui déclarent souffrir d’apnée du sommeil sont une majorité à ne pas chercher de traitement (60%).  Pourtant, les risques d’une apnée du sommeil non traitée sont importants et pas uniquement sur le plan cardiovasculaire. Des chercheurs ont notamment montré que le syndrome d’apnée du sommeil obstructive favorise l’apparition de cellules cancéreuses. Mais ce n’est pas tout, en octobre dernier, une étude révélait aussi que dans 20% des accidents de la route, la somnolence était en cause. Et 7 patients apnéiques sur 10 avouaient avoir eu un accident à cause de la fatigue que cause la maladie.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité