Publicité

QUESTION D'ACTU

Avec la lutte contre l'apartheid

Sida : l'autre combat de Nelson Mandela

Nelson Mandela, héros de lutte contre l'apartheid, s'est investi dans la défense de multiples causes dont la lutte contre le sida.

Sida : l'autre combat de Nelson Mandela OBED ZILWA/AP/SIPA

  • Publié 06.12.2013 à 19h36
  • |
  • |
  • |
  • |


A l'heure de rendre hommage à Nelson Mandela, symbole de la lutte contre l'oppression des Noirs en Afrique du sud, mort hier à l’âge de 95 ans, difficile de résumer la vie de cet homme hors du commun. A l'origine du premier cabinet d'avocats noirs du pays, puis héros de la lutte anti apartheid, il mit fin, avec d'autres, au régime ségrégationniste que subissaient les Sud-africains de couleur depuis 1941. Emprisonné pendant 27 ans, il devient en 1994 le premier président noir du pays. Un pays frappé, à cette époque, de plein fouet par l'épidémie de sida. Et sur ce terrain là encore, Nelson Mandela lutta de toutes ses forces pour essayer d'enrayer la propogation de cette maladie.

Une prise de conscience tardive pour certains
« Nous sommes confrontés à un ennemi invisible et silencieux qui menace le tissu même de notre société. » C'est en ces termes que Nelson Mandela évoquait le virus du VIH. Un virus dont Mandela a peu parlé quand il était chef de l'Etat entre 1994 et 1999, alors que l'infection progressait très rapidement. Ce silence fut l'une de ses rares erreurs politiques d'après de nombreux commentateurs politiques. Pour expliquer ce choix Mandela a dit « Les Africains sont très conservateurs en matière de sexe. Ils ne veulent pas que l'on en parle. » Mais cette retenue, Madiba décida de la briser une fois son mandat de président terminé. 

Seul contre tous dans la lutte anti-sida
Car dès les années 2000, dans un pays rongé par la pauvreté et où les pratiques sexuelles à risques sont fréquentes, il n'hésita pas une seconde à lancer des messages forts aux Sud-africains.
« Soyez fidèles à un seul partenaire et utilisez un préservatif. Ainsi, vous donnerez un enfant de l'amour, avec des rires et de la paix, et non pas le sida ! » Face à cette menace, Mandela ne se contenta pas de faire de la prévention, il lutta aussi pour l'accès des plus démunis aux rétroviraux. Une cause difficile à l'époque dans un pays où le président sud-africain Thabo Mbeki atterrait la majorité des scientifiques en mettant en doute l'origine virale du sida !

Face à ces propos, la réaction de Mandela ne se fait pas attendre. En décembre 2002, il se rend à Khayelitsha, un township du Cap où MSF Belgique donne des antirétroviraux à 300 malades. Pendant la visite du projet, Mandela fait sensation. A la sortie de la clinique, on lui a donné un t-shirt, barré d’un grand « HIV positif », et, sans l’ombre d’une hésitation, il a enlevé sa chemise et l’a mise sur lui. Pour enfoncer le clou, il demande peu de temps après la gratuité de ces traitements pour tous les Sud-africains malades.


Une détermination renforcée après la mort de son fils du sida

Enfin, en janvier 2005, l'ancien avocat prononce une émouvante plaidoirie en annonçant la mort de son fils aîné, Makgatho, que le sida venait d'emporter à l'âge de 54 ans. Il dit à cette occasion, « depuis quelque temps déjà, je dis qu'il faut parler publiquement du sida et ne pas le cacher. Le seul moyen de montrer qu'il s'agit d'une maladie normale, comme la tuberculose ou le cancer, est de dire ouvertement que quelqu'un est mort du sida ». Le visage marqué par le chagrin, il annonce alors aux journalistes médusés, « je vous ai convoqués ici aujourd'hui pour annoncer que mon fils est mort du sida. » Suite à ce drame familial, il multiplie encore les campagnes pour davantage de recherches sur le VIH/sida, l'éducation pour une sexualité sans risques, et un meilleur traitement pour les personnes contaminées. 


Depuis, l'Afrique du Sud a nettement accéléré ses efforts contre la pandémie. Fin 2013, le pays distribuait des antirétroviraux à plus de 2 millions de séropositifs, soit le plus important programme de ce type au monde.
Mais malgré ces avancées, le défi reste immense. Selon les chiffres de l'Organisation des Nations Unies , le taux d'infection à VIH chez les Sud-Africains adultes est passé de moins de 1 % en 1990 à environ 17,9 % en 2012. Et le pays est actuellement celui qui compte le plus de personnes infectées par le virus du sida: 6,1 millions en 2012 dont 410 000 enfants de 0-14 ans. Cela sur une population d'un peu plus de 51 millions d'habitants, soit plus d'un Sud-africains sur 10 !

 

 




Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité