Publicité

QUESTION D'ACTU

Nutrition infantile

Le lait de croissance n'est pas indispensable, selon l’Europe

Le lait de croissance n'est pas une nécessité. Selon l'agence européenne de l'alimentation, ce lait ne serait pas mieux qu'une alimentation équilibrée pour fournir des éléments nutritifs.  

Le lait de croissance n'est pas indispensable, selon l’Europe Polly Wreford / Mood Bo/REX/SIPA

  • Publié 28.10.2013 à 16h01
  • |
  • |
  • |
  • |


« L'utilisation de lait de croissance n'apporte pas une valeur ajoutée par rapport à une alimentation équilibrée répondant aux besoins nutritionnels des jeunes enfants dans l'Union européenne. » C’est ce qu’affirme un avis de l’agence européenne de sécurité des aliments (European Food Safety Authority, EFSA).

En effet, à la demande de la Commission européenne, les experts du groupe sur les produits diététiques, la nutrition et les allergies de l’EFSA viennent de publier en ligne un avis scientifique général sur les besoins nutritionnels et les apports alimentaires des nourrissons et des jeunes enfants de l’Union européenne. Ils s'intéressent tout particulièrement aux laits de croissance dont les bénéfices théoriques divisent les experts depuis plusieurs années.

 

Des carences en oméga 3, en fer et en vitamine D

Avant d’évaluer le bénéfice potentiel de certains aliments, comme les laits de croissance, ces experts ont d’abord tenté d’analyser quels étaient les nutriments dont les enfants vivant dans l’Union européenne pouvaient éventuellement manquer. Plusieurs nutriments ont particulièrement attiré l’attention de ces spécialistes : deux types d’acides gras oméga-3, le fer et la vitamine D. Selon eux, une attention particulière dans l’alimentation infantile devrait leur être accordée pour assurer un apport suffisant à certains enfants européens. Pourtant, pour pallier ces éventuelles carences, l'EFSA considère que les laits de croissance constituent seulement une des solutions possibles de l’alimentation infantile.

 

Des alternatives efficaces au lait de croissance

Les experts de l’EFSA se sont basés sur l'analyse de 244 laits de croissance commercialisés en Europe, afin de définir si ces produits présentaient des avantages particuliers pour atteindre les besoins nutritionnels journaliers des jeunes enfants. La réponse est non pour ces scientifiques. Par rapport aux aliments d'un régime alimentaire équilibré, les formules de laits fortifiés ou de « croissance » n’apporteraient pas de bénéfices « uniques ».

Selon ces spécialistes européens, même si ces laits « 3ème âge » enrichis notamment en fer et en acides gras essentiels, sont un bon moyen d’augmenter les apports en certains nutriments, il existe cependant d’autres alternatives. Ils citent notamment certains laits de vache enrichis, mais également des céréales, elles aussi enrichies. Enfin, ces experts estiment que la supplémentation ou l'introduction précoce de la viande et du poisson, suivie de leur consommation régulière, peut également constituer une solution. Alors que les recommandations du comité de nutrition de la Société française de pédiatrie préconisent de remplacer le lait 2ème âge par du lait de "croissance" à partir de 1 an et jusqu'à 3 ans, cet avis européen ne va donc pas tout à fait dans le même sens.

 

Des laits de croissance à règlementer ?

Même si les experts de l’EFSA viennent de conclure que les laits de croissances ne sont pas une « nécessité » pour répondre aux besoins nutritionnels des jeunes enfants. La commission européenne envisage toutefois d'introduire des dispositions spécifiques à ces produits dans la législation. En effet, contrairement à la composition des laits 1er âge et 2ème âge, donnés entre 0 et 1 an, celle des laits de croissance n'est pas réglementée. Un groupe de spécialistes de l’EFSA est actuellement en train de travailler sur une série de recommandations à fournir à la Commission européenne concernant la composition essentielle des laits de croissance. Ce second avis est attendu pour avril 2014.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité