• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Cancer

Chimiothérapie : comment le sport aide les malades pendant le traitement ?

La pratique d’une activité physique pendant une chimiothérapie permet aux personnes malades du cancer d’améliorer leurs capacités cardiorespiratoires à long terme. 

Chimiothérapie : comment le sport aide les malades pendant le traitement ? dusanpetkovic/istock




L'ESSENTIEL
  • L'activité physique ne passe pas que par le sport : cela peut aussi être la marche, le jardinage, etc.
  • Plusieurs études montrent que la pratique d'une activité physique réduit le risque de développer certains cancers.
  • Il est conseillé de pratiquer 30 minutes d'activité cardiorespiratoire, cinq fois par semaine ainsi que deux séances hebdomadaires de renforcement musculaire et d'assouplissement.

Le sport est particulièrement recommandé aux personnes atteintes d'un cancer. "Une activité physique contribue à améliorer votre qualité de vie pendant et après le cancer (meilleure tolérance aux traitements, réduction de la fatigue…), explique l’Institut national du cancer. Il est également prouvé que l'activité physique, pratiquée dans certaines conditions, améliore le pronostic de la maladie et réduit le risque de récidive pour certains cancers." Mais qu’est-ce qui est le plus efficace : la pratique pendant ou après les traitements ? Une équipe de recherche de l’université de Groningen située aux Pays-Bas a répondu à cette question dans une étude parue dans JACC : CardioOncology. 

La fonction cardiorespiratoire, un indicateur de la santé cardiovasculaire 

"Les bénéfices de l'exercice chez les patients atteints de cancer sont largement reconnus, rappelle Annemiek M.E. Walenkamp, l’autrice principale de cette recherche. Cependant, il n'y a pas suffisamment de preuves sur le moment optimal pour le pratiquer afin d'améliorer la condition cardiorespiratoire à long terme chez les patients atteints de cancer." Elle souligne que la condition cardiorespiratoire est l’un des indicateurs les plus importants de la santé cardiovasculaire. On la mesure en évaluant la consommation maximale d’oxygène, la VO2 max. Cette donnée tend à baisser pendant les traitements du cancer, à cause des effets indésirables. 

Des patients ont suivi un programme sportif pendant ou après leur chimiothérapie 

Pour leur essai, les chercheurs ont recruté 266 patients atteints de cancer (sein, testicule, côlon et lymphome). Tous avaient un traitement par chimiothérapie programmé, mais ils ont été répartis en deux groupes : l’un devait suivre un programme sportif de 24 semaines en même temps que la chimiothérapie, l’autre l’a suivi après. Les exercices recommandés comprenaient une séance d’intensité modérée à élevée sur un vélo d’appartement, un entraînement axé sur la résistance avec des appareils de musculation et des poids libres, et du badminton. Pour comprendre les effets de cette pratique sportive, les scientifiques ont enregistré la VO2 max des participants à différents moments, et ils ont recueilli des données sur leur force musculaire, leur fatigue et leur niveau d’activité physique globale. 

Le sport est plus efficace pendant la chimiothérapie 

Juste après la chimiothérapie, les indicateurs étaient meilleurs pour le groupe qui a commencé l’exercice physique pendant le traitement, notamment concernant la fatigue et la force musculaire, leur VO2 max a diminué de manière moins importante, en comparaison à l’autre groupe. Trois mois après la chimiothérapie, le groupe qui a commencé à faire de l'exercice après le traitement avait des valeurs similaires à celle des autres participants. "Les deux groupes étaient de retour à leur forme cardiorespiratoire de base un an après",  observent les auteurs. Pour Annemiek M.E. Walenkamp, ces résultats prouvent qu’il est possible de pratiquer un sport pendant la chimiothérapie et que cela permet d’avoir les meilleurs bénéfices en ce qui concerne les capacités cardiorespiratoires, mais en matière d’activité physique, le plus important est de pratiquer, quel que soit le moment. "Le suivi d'un programme d'exercice physique après la chimiothérapie est une alternative viable lorsque l'exercice pendant la chimiothérapie n'est pas possible, souligne-t-elle. Nous espérons que nos résultats motiveront les prestataires de soins de santé à guider les patients pour qu'ils s'engagent dans des interventions d'exercice pendant le traitement anticancéreux." En France, l’activité physique fait partie des soins de support proposés aux personnes atteintes de cancer. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES