• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Cancer

Chimiothérapie : comment le refroidissement du crâne empêche la perte des cheveux

Depuis quelques années, des casques réfrigérants peuvent être proposés aux patients atteints d’un cancer et soignés par chimiothérapie. Ces outils permettent de ralentir la chute des cheveux voire de l’empêcher. Des chercheurs anglais expliquent aujourd’hui pourquoi. 

Chimiothérapie : comment le refroidissement du crâne empêche la perte des cheveux spukkato/istock

  • Publié le 04.02.2021 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les chimiothérapies pour traiter le cancer provoquent la chute des cheveux
  • Le port d'un casque qui refroidit le cuir chevelu protège les cellules des follicules pileux

La perte de cheveux, ou alopécie, est l’un des effets secondaires de la chimiothérapie. L’Institut National du cancer explique que la chute démarre entre deux et trois semaines après la première séance. "Certaines personnes la vivent comme un traumatisme", précise l’institut sur son site. L’alopécie a des conséquences négatives sur le bien-être psychologique des patients. Pour l’empêcher, il est parfois possible d’utiliser un casque réfrigérant, lorsque l’hôpital le propose. Cet outil est censé permettre le ralentissement de la chute des cheveux. Dans PLOS ONE, une équipe de l’université anglaise d’Huddersfield décrit l’effet du froid sur les follicules pileux. 

Une action directe sur les follicules pileux 

Un traitement par chimiothérapie s’attaque à toutes les cellules à division rapide présentes dans l’organisme, or les cheveux sont parmi les plus rapides. Le médicament détruit ainsi les cellules saines à l’origine des poils, et provoque une chute de la chevelure. "Le refroidissement du crâne est aujourd’hui le seul traitement disponible pour combattre l’alopécie liée à la chimiothérapie, explique l’auteur de cette recherche Nik Georgopoulos, mais aujourd’hui nous en savons peu sur son effet cytoprotecteur sur les follicules pileux humains." Leur recherche se base sur la culture, en laboratoire, de cellules issues follicules pileux humains. Ces derniers représentent la base des cheveux : ce sont des cavités où les poils sont fabriqués. L’une des hypothèses les plus répandues est que le froid resserre les veines présentes dans le crâne, ce qui limit l’afflux sanguin et diminue la quantité de médicaments qui pénètre dans les follicules pileux. "Notre recherche montre que ça n’est pas aussi simple que ça, précise-t-il. Nous avons pu mesurer quelle quantité de chimiothérapie pénètre dans les cellules issues des follicules pileux, et nous avons constaté que le froid réduit énormément la quantité de produit absorbé par les cellules à division rapide présentes dans le follicule pileux." Le casque réfrigérant n’a pas un effet indirect, via la circulation sanguine, comme ce qui était cru jusqu'alors, mais bel et bien, un effet direct sur les cellules à division rapide. 

Objectif "zéro perte de cheveux"

"Plus nous fournissons des preuves, plus nous avons des données à disposition pour faciliter la conception de casques plus efficaces, souligne le médecin. Quelque chose de plus adapté peut permettre une réduction plus importante de la température, et un rafraichissement plus efficace, et donc plus de follicules survivants." La recherche sur les casques réfrigérants a été soutenue financièrement par l’entreprise Paxman, qui commercialise cette technologie. "Cette recherche récente nous rapproche encore plus de un peu plus de notre objectif ‘zéro perte de cheveux’ pour les patients atteints de cancer sous traitement de chimiothérapie", indique Richard Paxman, CEO. En parallèle, l’équipe de recherche constate que la réduction de la perte de cheveux peut être améliorée grâce à une crème spécifique : les chercheurs travaillent actuellement sur la meilleure manière d’administrer cet agent topique. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité