• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Etude

Maladie inflammatoire de l'intestin : les hommes homosexuels plus à risque

Les hommes homosexuels auraient plus de risque de développer une maladie inflammatoire de l’intestin s’ils ont des pratiques sexuelles à risque, selon une étude.

Maladie inflammatoire de l'intestin : les hommes homosexuels plus à risque Viktoria Korobova/iStock


  • Publié le 17.09.2022 à 17h55
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin sont généralement diagnostiquées entre 20 et 30 ans selon l’Inserm.
  • 15 % des cas concernent des enfants.

"À notre connaissance, il s'agit de la première grande étude basée sur la population qui démontre une prévalence plus élevée de maladie inflammatoire de l’intestin chez les hommes qui ont des activités sexuelles à haut risque entre personnes du même sexe" explique Emad Mansoor, auteur principal d’un étude qui vient d’être publiée dnas la revue Gut

La maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique

Dans leurs travaux, les chercheurs définissent l'activité sexuelle à haut risque comme le fait d’avoir des rapports sexuels non protégés et d’avoir plusieurs partenaires. Les maladies inflammatoires de l’intestin, quant à elles, regroupent la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique. Celles-ci se caractérisent par l’inflammation de la paroi d’une partie du tube digestif, due à une dérégulation du système immunitaire.

Pour mener leur expérience, les scientifiques ont analysé les données de santé de patients suivis dans des structures de santé aux États-Unis entre 2002 et 2022. Ainsi, ils ont observé que chez les patients hommes ayant reçu un diagnostic d'activité sexuelle à haut risque entre personnes du même sexe, 0,8 % étaient atteints de la maladie de Crohn et 1,26 % de rectocolite hémorragique.

2 fois plus de risque d’avoir une maladie inflammatoire de l’intestin

Chez les hommes hétérosexuels qui avaient des activités sexuelles à haut risque, les pourcentages étaient moins élevés : 0,49% avaient la maladie de Crohn et 0,52% avaient une rectocolite hémorragique. Autrement dit, les hommes homosexuels auraient deux fois plus de risque que les hommes hétérosexuels, tous ayant une activité sexuelle à risque.

De plus, les scientifiques ont aussi observé que les hommes homosexuels qui avaient des activités sexuelles à haut risque étaient plus susceptibles d’avoir d’autres problèmes de santé comme un abcès périanal ou rectal, c’est-à-dire une accumulation de pus provoquée par des bactéries. 

Plus de risque d’avoir une colectomie partielle

Enfin, parmi les hommes homosexuels qui présentaient des manifestations graves de rectocolite hémorragique, ceux qui se livraient à des activités sexuelles à haut risque entre personnes du même sexe étaient plus à risque d’avoir une colectomie partielle, c’est-à-dire une ablation d'une partie du côlon.

"Notre étude devrait ouvrir un nouveau champ de recherche sur les conditions inflammatoires gastro-intestinales”, estime Emad Mansoor. En effet, mieux connaître le risque de développer une maladie inflammatoire de l’intestin chez les hommes homosexuels pourrait permettre une meilleure prévention. "L'étude de la cause des maladie inflammatoire de l’intestin dans cette population de patients sous-représentée par rapport à d'autres groupes de patients nous permettra d'étudier la cause de développement de la maladie chez les patients atteints de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse et développer une médecine de précision personnalisée et des stratégies de traitement, tout en réduisant la stigmatisation”, conclut Fabio Cominelli, l’un des auteurs.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES