• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Maladies infectieuses

Covid-19 : un faible taux de testostérone chez l’homme augmenterait le risque d’hospitalisation

Une récente étude américaine a souligné l’existence d’un lien entre le risque d’être hospitalisé pour une forme grave de Covid-19 et  un taux de testostérone bas chez les hommes.

Covid-19 : un faible taux de testostérone chez l’homme augmenterait le risque d’hospitalisation Jarun011/IStock


  • Publié le 05.09.2022 à 15h34
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La Covid-19 est une maladie infectieuse qui peut se manifester par différents symptômes (fièvre, toux, fatigue). Dans une majorité des cas, les patients infectés développent des formes légères à modérées sans avoir besoin d’une hospitalisation.
  • Au cours de la puberté, la testostérone favorise la survenue de certains caractères masculins spécifiques comme le développement de l’appareil génital masculin et des muscles ou encore l’apparition de la libido.

Principalement fabriquée par les testicules de l’homme, la testostérone est une hormone issue d’un groupe d’hormones appelées les androgènes. Cette hormone joue un rôle clé dans le bon fonctionnement de l'organisme, mais différents facteurs peuvent entraîner une baisse de testostérone. C’est notamment le cas de la fatigue, de la prise de poids, d'une perte de masse musculaire ou d’une baisse de l’humeur associée à un état dépressif.

Un taux de testostérone bas pourrait être un facteur de risque dans les formes graves de Covid-19

Une nouvelle étude publiée dans la revue JAMA Network Open, a observé un lien entre les hommes ayant un taux de testostérone bas et le risque d’être hospitalisé pour une forme aigüe de Covid-19. Pour parvenir à ces conclusions, des équipes scientifiques de la Washington Université School of Medicine in St.Louis et Saint Louis University School of Medicine (États-Unis) ont analysé les cas de 723 patients testés positifs au coronavirus entre 2020 et 2021. 427 malades avaient un taux de testostérone normal, 116 avaient un taux faible et 180 avaient auparavant un taux bas, mais ils suivaient un traitement hormonal substitutif lors de l’infection. Ces derniers avaient donc un niveau de testostérone normal. 

D’après les résultats, les hommes qui avaient un taux de testostérone faible et qui avaient été atteints par la Covid-19 avaient 2,4 fois plus de risques d’être hospitalisés par rapport aux hommes avec un taux d’hormones normal. Aux yeux des scientifiques, un faible niveau de testostérone pourrait être un facteur de risque pour les formes graves de coronavirus au même titre que certaines comorbidités (maladies cardiaques et pulmonaires). 

Des traitements substitutifs qui augmenteraient les risques de cancer la prostate 

"Avoir un faible taux de testostérone est très courant. Jusqu'à un tiers des hommes de plus de 30 ans en sont atteints. Notre étude attire l'attention sur ce facteur de risque important et sur la nécessité d'y remédier en tant que stratégie pour réduire les hospitalisations de Covid-19", a expliqué Abhinav Diwan, professeur de médecine à l'Université de Washington et co-auteur de l’étude. Un traitement de substitution de testostérone est généralement prescrit lorsque la qualité de vie d’un homme est fortement altérée. 

Cependant, ces traitements pourraient augmenter les risques de cancer de la prostate et de maladies cardiaques. "S'ils présentent un risque vraiment élevé d'événements cardiovasculaires alors le médecin pourrait indiquer au patient les avantages et les inconvénients d'un traitement hormonal substitutif.  La réduction du risque d'hospitalisation de Covid-19 pourrait peut-être figurer sur la liste des avantages potentiels", a complété le Professeur Abhinav Diwan. 

Cette étude américaine est cependant considérée comme "observationnelle", autrement dit elle ne prouve pas que l’augmentation des niveaux de testostérone pourrait réduire les risques de graves infections de Covid-19. Un essai clinique sera requis pour valider les conclusions de la recherche.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES