• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Nourrissons

Comment la pollution de l’air altère le développement du microbiome intestinal chez les bébés ?

Une nouvelle étude américaine a pointé du doigt les effets néfastes de la pollution atmosphérique sur le développement du microbiome intestinal des nourrissons. On fait le point. 

Comment la pollution de l’air altère le développement du microbiome intestinal chez les bébés ? NataliaDeriabina/IStock


  • Publié le 05.09.2022 à 14h45
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le microbiote intestinal est un ensemble de micro-organismes vivant dans le tube digestif des êtres humains et des animaux. Il renferme de nombreuses bactéries qui sont très importantes pour la santé.
  • La pollution de l'air pourrait impacter le bon développement de cet organisme chez les nouveau-nés.

Une mauvaise qualité de l’air a de nombreuses conséquences sur la santé : irritations oculaires, obstruction des voies respiratoires, crises d’asthme, augmentation des troubles cardio-vasculaires et respiratoires. Chez les nourrissons, la pollution atmosphérique peut également avoir des impacts néfastes sur leur microbiome intestinal, selon une nouvelle étude réalisée par l’Université du Colorado à Boulder (États-Unis). Ces effets délétères pourraient augmenter les risques d’allergies, d’obésité et de diabète chez les plus jeunes et pourrait influer le bon développement de leur cerveau. 

Le rôle clé du microbiome intestinal 

Ces travaux, publiés dans la revue Gut Microbes, ont été les premiers à mettre en évidence le lien entre les polluants inhalés, issus de la circulation, des feux de forêt ou encore de l’industrie, et l'évolution de la santé microbienne lors du développement d’un nouveau-né. "Le microbiome joue un rôle dans presque tous les processus physiologiques de l’organisme", a souligné Maximilian Bailey, un des auteurs de l’étude et étudiant en médecine à l’Université de Stanford. 

Pour les besoins de l’étude, les chercheurs ont analysé des échantillons fécaux de 103 nourrissons en bonne santé et d’origine latine qui avaient été recrutés pour une recherche sur le lait maternel en Californie du Sud. Les prélèvements ont été étudiés par séquençage génétique. Les scientifiques ont également observé les données du système de qualité de l’air de l’Agence américaine de protection de l’environnement. Ils ont évalué l'exposition aux PM2,5 et PM10, des fines particules inhalables provenant notamment des usines, des incendies de forêt et des chantiers de construction, et au dioxyde d'azote (NO2), un gaz largement émis par les voitures.

La pollution atmosphérique augmente les risques d’inflammation 

D’après les résultats, les nourrissons fortement exposés aux PM2,5 ont 60 % moins de chances de développer la Phascolarctobacterium, une bactérie présente dans le microbiome intestinal permettant de réduire les risques d’inflammation, d’améliorer la santé gastro-intestinal et de favoriser le développement neurologique. "Dans l'ensemble, nous avons constaté que l'exposition à la pollution de l'air ambiant était associée à un profil microbien intestinal plus inflammatoire, ce qui peut contribuer à l'apparition d'effets néfastes sur la santé", a déclaré Tanya Alderete, auteure principale de l’étude et professeur adjoint de physiologie intégrative à l’Université du Colorado.

Les nouveau-nés font partie des populations très vulnérables face aux dangers de la pollution atmosphérique. Leur microbiome intestinal est en train de se former et ils respirent plus vite qu’un adulte, donc ils inhalent plus d’air pollué. "Cela fait du début de la vie, un passage critique où l'exposition à la pollution atmosphérique peut avoir des effets délétères disproportionnés sur la santé", peut-on lire dans la recherche. 

Pour limiter son exposition aux polluants intérieurs et extérieurs, l’équipe a dévoilé plusieurs recommandations. Les scientifiques déconseillent, par exemple, les ballades près des zones à fort trafic et d’éviter de cuisinier les fenêtres fermées. D'ici les prochaines années, de nouvelles études sont nécessaires pour déterminer quelles sont les potentielles répercussions durables en cas de modifications du microbiome intestinal chez les enfants.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES