• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Crise des opioïdes

Opioïdes in utero : des conséquences neurologiques à long terme pour l'enfant à naître

Des chercheurs américains alertent sur les possibles conséquences à long terme d'une exposition in utero aux opioïdes. Leur étude se base sur le lien spécifique qui relie le cerveau au microbiome intestinal. 

Opioïdes in utero : des conséquences neurologiques à long terme pour l'enfant à naître Prostock-Studio


  • Publié le 01.08.2022 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une expérience réalisée sur des souris par des chercheurs américains révèle que la prise d'opioïdes in utero peut altérer le système métabolique
  • Aux États-Unis, les décès par surdose d'opioïdes représentent l'une des plus importantes crises sanitaires du 21e siècle

On sait que la consommation d'opioïdes in utero peut avoir des conséquences sur la santé de la mère. Mais ces médicaments prescrits pour gérer les douleurs et/ou l'anxiété pendant la grossesse auraient aussi des conséquences à long terme sur le développement neurologique de l'enfant à naître et qui pourraient se manifester jusqu'à l'âge adulte, avertit une étude américaine réalisée par des chercheurs de l'université du Missouri à Columbia (MU) aux États-Unis. 

Plus précisément, la consommation d'opioïdes pourrait agir sur le microbiome intestinal du fœtus en développement. Pour parvenir à ces conclusions, les auteurs de l'étude ont recueilli les matières fécales des deux groupes de souris âgées de 120 jours (dont un exposé à l'oxycodone).

Communication cerveau-intestin

Les chercheurs ont identifié des changements et des perturbations significatifs du microbiome intestinal des souris exposées à l'oxycodone in utero. D'après l'étude, ces changements seraient liés à des altérations des voies métaboliques, avec des conséquences potentielles sur la santé neurologique et comportementale à long terme.

"Nous commençons à comprendre comment les modifications du microbiome intestinal peuvent avoir un impact potentiel sur l'humeur et la santé mentale d'une personne à l'âge adulte. Cette recherche nous aide à mieux comprendre l'axe intestin-cerveau, car il y a beaucoup de communication entre le cerveau et l'intestin", explique Trupti Joshi, professeur adjoint à l'école de médecine de MU et co-auteur de l'étude. 

Des effets qui peuvent se prolonger jusqu'à l'âge adulte

"Les opioïdes sont de plus en plus souvent prescrits aux femmes enceintes pour traiter la douleur. Pourtant, lorsqu'ils sont consommés, nous apprenons que ce n'est pas seulement la mère qui est exposée, mais aussi le fœtus, à un moment où ses organes sont encore en développement", alerte Cheryl Rosenfeld, professeure au Collège de médecine vétérinaire de MU. "Ces résultats soulignent les effets potentiels à long terme sur la santé de la progéniture, non seulement à la naissance, mais aussi à l'âge adulte", ajoute-t-elle. 

Il faut dire que la chercheuse s'appuie sur un cas personnel : sa nièce, aujourd'hui adulte, a commencé à développer des troubles respiratoires, cardiaques et neurologiques à l'adolescence alors qu'elle était en parfaite santé durant toute son enfance. La gravité de ses symptômes est telle qu'à l'âge de 30 ans seulement, celle-ci vit en maison de retraite. In utero, la nièce de Cheryl Rosenfeld aurait été exposée à des Quaaludes, un puissant sédatif consommé dans les années 70, qui agit sur le système nerveux central pour aider à gérer l'anxiété

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES