• CONTACT
Sports de contact : les chocs à la tête augmentent les risques de lésions cérébrales'); newWin.document.write(''); newWin.document.write(''); newWin.document.write(''); newWin.document.write(''); newWin.document.write('
'); newWin.document.write(''+divToPrint+''); newWin.document.write('
'); newWin.document.close(); }

QUESTION D'ACTU

Football

Sports de contact : les chocs à la tête augmentent les risques de lésions cérébrales

Les chocs à la tête augmenteraient le risque de souffrir de lésions cérébrales dans les sports de contacts comme le football, le football américain et le rugby. 

Sports de contact : les chocs à la tête augmentent les risques de lésions cérébrales digicamchic/istock


  • Publié le 27.07.2022 à 17h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • De plus en plus de sports prennent des mesures pour limiter les contacts avec la tête.
  • La Fédération anglaise de football va tester l'abolition du jeu de tête chez les moins de 12 ans la saison prochaine.

Il existe bel et bien un lien entre les chocs à la tête causés par certains sports de contact et les lésions cérébrales. C’est la conclusion d’un communiqué de la Concussion Legacy Foundation, ou la Fondation pour les commotions cérébrales, un organisme dont l’objectif est de faire progresser l'étude, le traitement et la prévention des effets des traumatismes cérébraux chez les athlètes canadiens et d'autres groupes à risque. 

Une dégénérescence des cellules cérébrales

Cette analyse innovante nous donne la plus grande confiance scientifique dans le fait que les impacts répétés sur la tête provoquent l’ETC”, explique Chris Nowinski, directeur général de la Concussion Legacy Foundation. Pour rappel, l'ETC signifie "encéphalopathie traumatique chronique". Selon le MSD Manual, il s’agit d’”une dégénérescence progressive des cellules cérébrales due à plusieurs traumatismes crâniens, généralement chez des athlètes, mais également chez des soldats exposés à une explosion”. 

68 fois plus à risque

Dans son communiqué, la Concussion Legacy Foundation présente les résultats d’une étude publiée dans la revue Frontiers. Dedans, les chercheurs indiquent que les athlètes pratiquant des sports de contact comme le football, le football américain ou le rugby sont 68 fois plus susceptibles de développer une ETC, et donc ont plus de risques de développer, à terme, des maladies neurodégénératives. 

Une protection de l’enfance

Il est temps d’inclure les traumatismes crâniens répétitifs et l’ETC parmi les efforts de protection de l’enfance comme l’exposition au plomb, au mercure, au tabagisme et aux coups de soleil”, a estimé Adam Finkel, professeur de sciences de la santé environnementale à l’université du Michigan à l’Agence France Presse (AFP). 

Ainsi, la Concussion Legacy Foundation milite pour une meilleure protection des athlètes et une meilleure prise en compte de ces risques par les organisations sportives mondiales. Actuellement, seuls les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et la National Football League (NFL) ont reconnu le lien entre les chocs à la tête et l’ETC. Cela n’est pas le cas de la FIFA (Fédération internationale de football association), la Fédération internationale de rugby et le CIO (Comité International Olympique). 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES