• CONTACT

QUESTION D'ACTU

TCA

L’anorexie mentale change la structure cérébrale des patients

Un groupe international de chercheurs a révélé des différences importantes dans la structure du cerveau des personnes anorexiques et celles qui ne souffrent pas de ce trouble du comportement alimentaire.

L’anorexie mentale change la structure cérébrale des patients KatarzynaBialasiewicz/iStock


  • Publié le 11.06.2022 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L’anorexie mentale se caractérise par une perte de poids intentionnelle.
  • Ce trouble concerne en majorité les filles (au moins 80 % des cas). Les pics d'apparition de la maladie se situent entre 13-14 ans et 16-17 ans.

"Le schéma des anomalies structurelles du cerveau dans l'anorexie mentale n'est pas encore bien compris. Alors que plusieurs recherches rapportent des déficits substantiels du volume de matière grise et de l'épaisseur corticale chez les patients souffrant d'insuffisance pondérale aiguë, d'autres ne trouvent aucune différence, voire une augmentation chez les patients par rapport aux témoins sains". C’est ce qu’ont écrit une équipe de scientifiques dans une étude parue récemment dans la revue Biological Psychiatry.

Dans le cadre de ces travaux, les auteurs ont analysé les scanners cérébraux de 685 adultes atteints d’anorexie mentale, y compris des personnes en voie de guérison, et de 963 témoins sains.

Des "réductions importantes" de trois paramètres

D’après les résultats, les participants anorexiques présentent des "réductions importantes" de l'épaisseur corticale et des volumes sous-corticaux et, dans une moindre mesure, de la surface corticale. "Soulignant les effets de la dénutrition, ces déficits étaient associés à un IMC plus faible chez les volontaires souffrant d’anorexie mentale et étaient moins prononcés chez les patients partiellement rétablis dans leur poids", peut-on lire dans l’étude. Selon les chercheurs, ces réductions sont significatives, car elles impliquent la perte de cellules cérébrales ou des connexions entre elles.

Les scientifiques ont affirmé que la taille de l’effet observée pour les déficits d'épaisseur corticale dans l'anorexie mentale est la plus importante de tous les troubles psychiatriques étudiés à ce jour. En clair, cela signifie que les personnes anorexiques ont présenté des réductions de la taille et de la forme du cerveau entre deux et quatre fois plus importantes que les patients souffrant de maladies, telles que la dépression, le trouble de déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ou les troubles obsessionnels compulsifs (TOC).

"Ces changements pourraient ne pas être permanents"

"Nous avons constaté que les fortes réductions de la structure cérébrale observées chez les patients étaient moins perceptibles chez les patients en voie de guérison. C'est un bon signe, car cela indique que ces changements pourraient ne pas être permanents. Avec un traitement approprié, le cerveau pourrait être capable de rebondir", a déclaré Esther Walton, auteure des travaux, dans un communiqué. L’équipe a souligné l'importance d'un traitement précoce pour aider les personnes souffrant d'anorexie à éviter les changements structurels du cerveau à long terme.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES