• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Neurologie

Alzheimer : la principale théorie sur l’origine de la maladie remise en cause

La formation des plaques amyloïdes autour des neurones, que les scientifiques pensaient être la raison du développement de la maladie d’Alzheimer, ne serait en fait que l’une de ses conséquences. 

Alzheimer : la principale théorie sur l’origine de la maladie remise en cause Obencem/istock


  • Publié le 03.06.2022 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • En France, 1,2 million de personnes sont atteintes de la maladie d’Alzheimer selon l’Assurance maladie.
  • Elle constitue la pathologie neurodégénérative la plus fréquente dans le pays.

Jusqu’à présent, les scientifiques étaient unanimes : la maladie d’Alzheimer est due à la formation de plaques de protéines - appelées plaques amyloïdes - autour des neurones qui les empêchent, entre autres, de bien fonctionner. D’où leur dégénérescence et le développement de la maladie d’Alzheimer qui se caractérise par différents symptômes chez les patients : troubles de la mémoire, de l'exécution de gestes simples, de l'orientation dans le temps et l'espace ainsi que des fonctions cognitives. 

Neurones

Mais une étude publiée ce jeudi 2 juin dans la revue Nature Neuroscience remet en cause cette théorie. Selon ses auteurs, la maladie d’Alzheimer se développerait à l’intérieur des neurones et non pas à l’extérieur. La formation de plaques amyloïdes ne serait donc qu’une conséquence de la maladie, et non pas la cause. 

Pour parvenir à ces résultats, les scientifiques ont travaillé sur des souris qu’ils ont “rendues malades” d’Alzheimer. De cette façon, ils ont pu observer que le développement de cette pathologie était due aux lysosomes, une partie des neurones qui sert à éliminer les composants dégradés ou inutiles qu’ils contiennent ou rencontrent. Plus précisément, c’est parce que ces lysosomes s’abîment que des filaments d’amyloïdes se développent à l’intérieur de la cellule. Les neurones dysfonctionnent donc et Alzheimer se développe. Ce n’est qu’ensuite que les plaques amyloïdes se forment à l’extérieur des neurones. 

Poursuivre les recherches 

Ces nouveaux éléments bouleversent ce que l’on pense sur la progression de la maladie d’Alzheimer”, explique Ralph Nixon, biologiste et l’un des auteurs de cette étude. À l’avenir, les scientifiques souhaitent poursuivre leurs études pour voir si les observations qu’ils ont faites sur les souris sont aussi valables chez l’Homme. 

Mais malgré l’avancée que constitue cette découverte, elle ne remet pas totalement en cause l’ancienne théorie. En effet, selon certains chercheurs, il pourrait y avoir différents types de maladie d’Alzheimer, pour lesquels le rôle des plaques amyloïdes serait plus ou moins important. Reste que, pour l’instant, il n’existe aucun traitement curatif contre cette pathologie malgré des années de recherches. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES